La maison de Cornelius David Krieghoff

 Maison_KrieghoffElle en a vu passer des voitures et des piétons depuis sa construction. Avantageusement bien située au 115 Grande Allée Ouest, en face de l’avenue Cartier, la maison Krieghoff est, avec la maison Stuart, inscrite au Registre du patrimoine culturel. Construite vers 1850, cette résidence en bois de plan rectangulaire d’un étage et demi est coiffée d’un toit à deux versants retroussés. Elle bénéficie d’une aire de protection. Un site archéologique est également associé au lieu. La maison Cornelius-Krieghoff, est l’un des quelques cottages qui subsistent encore dans le secteur avec un intérêt architectural. Ce cottage en bois est représentatif de la maison québécoise d’inspiration néoclassique, courante dans les villages et les campagnes québécoises.Restaurée à la fin des années 1990, la maison conserve son aspect d’origine tant à l’intérieur qu’à l’extérieur. Elle comporte toujours, par exemple, ses planchers de bois franc, ses portes et ses manteaux de cheminée, ses plinthes et plusieurs boiseries originales. À l’extérieur, la maison n’a pratiquement pas changé. Elle possède encore ses fenêtres à battants à grands carreaux en façade et à petits carreaux sur les autres côtés. Sa porte vitrée à caissons surmontée d’une imposte vitrée et flanquée de fenêtres munies de persiennes, ses chambranles moulurés et plusieurs éléments ornementaux comme les balustres en bois découpé de la galerie perpétuent tout son charme d’antan.La maison Cornelius-Krieghoff présente également un intérêt patrimonial pour sa valeur historique reposant sur son association avec le peintre Cornelius David Krieghoff (1815-1872), qui l’a habitée durant deux ans. Krieghoff est l’un des artistes les plus connus du XIXe siècle au Canada. Peintre de genre d’origine hollandaise, il a illustré de manière colorée et souvent humoristique la vie des paysans, de même que les coutumes et les paysages des campagnes entourant Québec.Résidant d’abord à New York, puis notamment à Toronto et à Montréal, il s’installe à Québec en 1853 et loue la maison en 1859 et 1860. Dans cette ville, le peintre connaît une grande popularité auprès de la clientèle anglophone formée de militaires et de commerçants, ce qui lui vaut la reconnaissance et la prospérité. Il y exécute certains de ses tableaux les plus connus avant de quitter définitivement le pays pour les États-Unis vers 1862.En 1863, la maison Cornelius-Krieghoff est acquise par la Ladies Protestant Home, qui en demeure propriétaire durant plus de cent ans. De nouvelles fondations sont construites en 1879 et la galerie est alors garnie d’une balustrade décorative. La maison est occupée jusqu’en 1970 et menacée de démolition à quelques reprises malgré son classement en 1975 et l’aire de protection dont elle bénéficie également depuis 1975.Après plusieurs années d’abandon, elle est entièrement restaurée, en 1996-1997, par sa nouvelle propriétaire, Mme Esther Greaves, institutrice retraitée de Toronto qui tomba en amour avec la ville et la maison. En 2001, un buste de Cornelius David Krieghoff est installé sur le terrain, en bordure de la rue, à l’est de la maison. Une plaque de la Commission des monuments et lieux historiques du Canada commémorant le peintre y a aussi été placée.Entre vous et moi, parions que cette maison conservera sa fierté et sa beauté pendant des décennies. Elle sera encore longtemps témoin de la vie quotidienne dans Montcalm.