Le pavillon Pierre Lassonde dans toute sa splendeur

Pavillon Pierre Lassonde escalier

Le moment tant attendu est enfin arrivé, le nouveau pavillon Pierre Lassonde du Musée national des beaux-arts du Québec (MNBAQ) créé par le consortium d’architectes OMA de New York et Provencher/Roy de Montréal est prêt à accueillir le public. La presse a eu droit à une visite mercredi pour découvrir tous les charmes de cette nouvelle bâtisse qui donne sur Grande Allée en lien direct avec le quartier des arts et l’avenue Cartier. Et l’effet est réussi ! On lance un grand wow lorsqu’on pénètre dans le nouveau pavillon très lumineux. Du hall d’entrée à la terrasse en passant par le grand escalier et le passage Riopelle, tout a été pensé pour émerveiller les visiteurs.

Pour la directrice et conservatrice en chef du MNBAQ, Line Ouellet, le nouveau pavillon Pierre Lassonde est encore mieux que dans ses rêves : « L’architecture c’est un art de l’espace, les points de vue sont multiples et on ne peut pas imaginer tout ça. C’est un espace très éclairé, qui fournit beaucoup d’expériences spatiales variées avec ce rapport avec la lumière et la température. » La directrice du musée donne l’exemple de l’escalier extérieur sous la pluie qui est quelque chose d’exceptionnel.Lorsqu’on entre dans le pavillon Pierre Lassonde, on découvre sur la droite le nouvel espace culinaire, Le Tempéra Québécor signé Marie-Chantal Lepage alors que sur la gauche, on trouve le nouveau vestiaire ainsi que la boutique du musée. La boutique offre aussi un espace lecture d’où on pourra contempler la cour intérieure.La cour intérieure est ceinturée par l’architecture historique du presbytère et de l’église Saint-Dominique et l’architecture de verre et d’acier du pavillon. On peut y contempler l’œuvre de Ludovic Boney, Une cosmologie sans génèse. Le rez-de-chaussée accueille aussi deux salles où il y aura les expositions temporaires d’envergure.Face au hall d’entrée se dresse un gigantesque escalier qui nous amène en bas vers le passage Riopelle qui relie le nouveau pavillon Pierre Lassonde et le pavillon central. Dans ce passage, pour la première fois le triptyque de plus de 40 m, L’hommage à Rosa Luxemburg, de Jean-Paul Riopelle est exposée sur toute sa longueur. Pendant l’entrevue, Line Ouellet a d’ailleurs confié à Monmontcalm.com qu’elle en avait eu les larmes aux yeux la première fois qu’elle a vu l’œuvre installée dans le passage.Au même niveau, l’auditorium de 256 places sera animé par de nombreuses activités. L’auditorium ouvre sur un foyer baigné de lumière. Par ailleurs le foyer permet d’admirer l’élégante courbe des trois volées de l’escalier. L’escalier est conçu en trois volées sur 13 m de hauteur. Sur le premier palier, l’observatoire offre un point de vue sur l’espace du grand hall et sur l’une des salles réservées aux expositions temporaires.Au deuxième étage, un espace détente a été aménagé afin de prendre le temps d’admirer l’architecture du pavillon. C’est aussi à cet étage que les salles consacrées à l’art contemporain ont été aménagées. Nous pouvons ensuite accéder au troisième étage par l’escalier extérieur qui offre une expérience immersive entre ciel et terre et une magnifique vue sur les plaines d’Abraham.Le dernier étage est consacré à l’art inuit et à l’art décoratif et design du Québec. Il donne accès aussi à une terrasse où on peut admirer les pavillons historiques du musée, les plaines d’Abraham et la rive sud du fleuve. On peut également découvrir les toits jardins du pavillon Pierre Lassonde et Le Jardin du sculpteur, une oeuvre réalisée par Patrick Coutu.Le nouveau pavillon Pierre Lassonde ouvrira ses portes vendredi et toute la population est invitée à venir le visiter gratuitement pendant trois jours.

Historique du pavillon Pierre Lassonde

L’ancien directeur et conservateur en chef du MNBAQ, John R. Porter qui est aujourd’hui président de la Fondation du Musée national des beaux-arts du Québec rêvait depuis plus de 10 ans de la création de ce nouveau pavillon.2009Le musée tient un concours international d’architecture pour la réalisation du bâtiment. 108 inscriptions de 19 pays ont été reçues.2010Parmi les cinq projets finalistes, le jury choisit à l’unanimité celui présenté par OMA en partenariat aec la firme québécoise Provencher/Roy. La Fondation du musée lance sa grande campagne de financement privé, avec un objectif de 32,6 millions de dollars.2011Début de la déconstruction de l’ancien couvent des Dominicains. Pierre Lassonde fait passer sa contribution personnelle à la campagne de financement à 10 millions de dollars. C’est pourquoi le nouveau pavillon porte son nom. Il y aussi un clin avec la couleur or de l’ascenseur puisque le mécène a fait fortune dans les mines d’or. La Ville de Québec annonce aussi un appui de 5 millions de dollars.2012Dépôt des plans et devis définitifs du bâtiment par OMA et Provencher/Roy2013Le budget du projet est fixé à 103,4 millions de dollars incluant des contributions de 45,1 millions de dollars du gouvernement du Québec et 33,7 millions de dollars du gouvernement du Canada5 septembre 2013Coup d’envoi officiel du chantier de construction du pavillon Pierre Lassonde2015Le bâtiment se distingue déjà par son imposante structure métallique et ses volumes bien affirmés24 juin 2016Ouverture du pavillon au public.Vous pouvez voir les vidéos de la conférence de presse et de la visite du pavillon sur la page Facebook de Monmontcalm.Avec la collaboration de Florence Cassisi pour les vidéos et les photos