Des projets d’agrandissement au Centre Frédéric Back

Projet_immobilier_centre_frederic_back_premier_acte
Photo de courtoisie

Le Centre culture et environnement Frédéric Back projette d’agrandir son bâtiment principal de près de cinq mètres vers l’avant donnant sur la rue Salaberry. Le théâtre Premier acte y aménagerait un foyer au rez-de-chaussée.

Le Centre culture et environnent Frédéric Back affiche complet avec 29 locataires et 150 employés. Les travaux évalués à 1,8 million de dollars permettraient de répondre aux besoins des locataires en plus de réparer et de changer complètement la façade du bâtiment principal dont la structure connaît des problèmes d’infiltration. Les infiltrations ont nécessité des travaux d’urgence en 2012. Des infiltrations ont aussi été découvertes sous la membrane du toit du même bâtiment. La nouvelle façade répondrait à des normes de développement durable élevées avec l’utilisation du bois au lieu de la brique.

Les travaux commenceraient en mai 2018 pour se finir en septembre 2018. Dans une autre phase, le Centre Frédéric Back voudrait aussi construire un étage supplémentaire pour créer une salle de conférence de 200 personnes. : « Il n’y en a pas en Haute-Ville et nos locataires sont souvent obligés de louer à l’extérieur pour organiser des activités », explique le directeur du Centre, Alexandre Turgeon.

Actuellement le centre compte cinq salles de formation, dont trois de petite taille, et deux moyennes pouvant former une seule grande salle de formation avec une capacité de 60 à 85 personnes selon les besoins.

Une vitrine pour Premier Acte

Dans le cadre des travaux du Centre, le théâtre Premier Acte, s’il obtient les subventions, engagerait lui aussi des travaux pour créer un foyer et augmenter la hauteur de la salle de spectacle. Les coûts des travaux sont estimés à deux millions de dollars et commenceraient au plus tard l’été 2019, et idéalement en 2018, en même temps que le Centre Frédéric Back pour réaliser des économies.

Résident du Centre Frédéric Back depuis 2003, Premier Acte s’est toujours contenté des locaux existants, mais le succès rencontré par le théâtre rend le lieu actuel trop petit pour ses besoins. Premier Acte affiche complet lors de la majorité de ses présentations. Une augmentation de la dimension totale des locaux s’avère dont nécessaire afin de répondre à la croissance continue du théâtre.

Contrairement à la plupart des théâtres de Québec, Premier Acte n’a pas à sa disposition un foyer pour accueillir le public avant et après la représentation. La salle de spectacle dispose d’une hauteur de moins de trois mètres ce qui est insuffisant pour des activités théâtrales. Il n’y a pas non plus de ventilation ni de climatisation et la régie technique est à même les spectateurs en haut des sièges.

L’irritant majeur, c’est qu’on n’a pas de foyer. C’est le hall d’entrée du Centre et les soirs où on affiche complet, ce n’est pas suffisant. C’est ultra inconfortable pour les gens qui arrivent avant l’ouverture des portes et d’attendre dans les conditions qu’on leur offre en ce moment », souligne le directeur de Premier Acte, Marc Gourdeau.

En plus de servir lors des soirées de théâtre, le nouveau foyer permettrait également au Marché de proximité qui propose des produits de 35 producteurs locaux au 3e étage du Centre de créer un café-traiteur et d’avoir pignon sur rue.

La disparition des stationnements de surface

Dans un horizon de 10 ans le Centre culture et environnement Frédéric Back souhaite réaménager complètement les terrains extérieurs où se trouve pour l’instant deux stationnements de surface.

Ce n’est pas dans notre vision urbanistique d’avoir un stationnement. Ça nous emmerde », s’exclame Alexandre Turgeon, même si cela rapporte beaucoup de revenus. « On l’impression d’avoir un aménagement de type banlieue qui n’a pas sa place au centre ville. »

Dans son plan, le Centre culture et environnement Frédéric Back voudrait construire trois nouveaux bâtiments, deux abriteraient des logements à but non lucratif sur le modèle de Cohabitat, mais de type locatif et le troisième des bureaux. Le stationnement deviendrait intérieur. Dans ce futur projet, 24 logements constitués en majorité de grands logements avec trois ou quatre chambres pour des familles seraient construits. Quelques logements seraient réservés pour des personnes âgées.