La Caisse Desjardins ouverte à la vente de la statue de bronze | 27 juillet 2017 | Article par Marine Lobrieau

Crédit photo: Ville de Québec

La Caisse Desjardins ouverte à la vente de la statue de bronze

À la suite de la vente de son immeuble, rue des Jardins, en avril, la Caisse Desjardins de Québec avait pris la décision par la même occasion de déplacer sa statue de bronze, Le Grand Bienvenue, à sa succursale de l’avenue des Érables. Mais selon les dernières informations obtenues par Monmontcalm, l’avenir semble toujours incertain sur le choix du futur emplacement.

Actuellement, l’œuvre est en cours de restauration auprès de sa créatrice, Nicole Taillon. Pour ce qui est de la détermination de son emplacement, Denis Laforest, directeur général de la Caisse Desjardins de Québec ne cache pas le flou autour de cette interrogation. « Elle va être installée, mais je suis toujours dans l’attente, on ne sait pas. »

L’oeuvre sera livrée à la Caisse Desjardins de Québec à la fin de l’été, mais d’après monsieur Laforest, il faudra peut-être attendre le printemps prochain pour savoir si elle est installée au Centre de services Notre-Dame-du-Chemin dans Montcalm.

Entre temps, il est possible que quelqu’un me fasse une offre pour la garder dans le Vieux-Québec, si elle est acceptable, je ne serai pas fermé à étudier ce point de vue », souligne Denis Laforest.

Le directeur de la Caisse Desjardins n’a pas nié avoir été approché. « Il se passe des choses », mais la situation est encore « prématurée » pour en dévoiler d’avantage.

Un véritable tollé lors de l’annonce

L’annonce du déménagement de la statue, installée dans le Vieux-Québec depuis plus de vingt ans, avait suscité l’indignation auprès d’une majorité d’élus et de visiteurs. Tous estimaient qu’il s’agissait d’une grande perte pour le quartier.

Rappelons également que la Ville de Québec avait fait au propriétaire une suggestion de reprise de l’œuvre afin de l’ajouter à la collection d’art public de la municipalité. L’institution financière avait refusé ce compromis, et avait plutôt évoqué le rachat de la sculpture par la Ville.