Le SPOT choisit l’Îlot des Palais

spot_saint-sauveur

Face à l’opposition d’un petit groupe de citoyens très fermés à la venue du SPOT au Centre culture et environnement Frédéric Back, le comité du SPOT a décidé de s’installer à l’Îlot des Palais dans le Vieux-Québec cet été, après avoir reçu un accueil très favorable des citoyens du secteur lors de la consultation mercredi soir.

Malgré toutes ses démarches, l’équipe du SPOT ne sera pas arrivée à convaincre certains citoyens du bien-fondé du SPOT au Centre culture et environnement Frédéric Back. En entrevue téléphonique, le coordonnateur général du SPOT, François Bail, révèle que le comité a choisi l’Îlot des Palais en raison de l’opposition de certains citoyens.

On a pesé le pour et le contre et on a décidé que cela ne valait pas forcément la peine de forcer les choses si on n’a pas l’unanimité », a confié François Bail. « Ce n’est pas encore voté, mais la Ville nous soutient dans notre décision », a-t-il ajouté.

Au courant de la pétition qui circule depuis jeudi soir, 22 h sur Internet pour la venue du SPOT dans le stationnement du Centre culture et environnement Frédéric Back, François Bail confie que la décision a été prise avant cette pétition et que le comité ne reviendra pas en arrière malgré la signature de 350 personnes au moment d’écrire ces lignes.

La conseillère municipale du quartier Montcalm, Anne Guérette, est très déçue de la tournure des évènements, mais comprend la décision du comité et rejette la faute sur la Ville de Québec : « Beaucoup de citoyens seront certainement déçus. J’espère qu’on apprendra de cette expérience et que la prochaine fois, il y aura des consultations en amont pour plusieurs sites avant de faire un choix. »

Familial et respectueux de son milieu

La chef de Démocratie Québec révèle également que la pétition contre le SPOT comportait plusieurs informations fausses, dont l’heure de fermeture. « La pétition ne représente pas la réalité et à mes yeux, elle n’est pas valide. Avec les bonnes informations, je me demande si les 75 personnes signeraient encore la pétition aujourd’hui. »

Selon Anne Guérette, le SPOT, « ça se veut familial et respectueux. Il y a beaucoup d’ouverture de la part des jeunes étudiants en architecture pour aménager le SPOT en respect avec le voisinage ». « Ce n’est pas un party ni un bar, les gens viennent boire un verre en famille avec les enfants autour », ajoute-t-elle.

Kevin Mark a collaboré au comité du SPOT dans Saint-Sauveur en 2016. Il abonde dans le même sens que la conseillère municipale : « C’est comme un centre communautaire à ciel ouvert avec des activités comme du théâtre, de l’improvisation, des jeux pour les enfants ». D’où l’importance de s’installer dans un lieu permettant aux résidents de profiter des installations et des activités gratuites.

L’aspirant à la maîtrise en design urbain insiste aussi sur le fait que de nombreuses familles du quartier Saint-Sauveur comme dans Montcalm n’ont pas de cour arrière ni de gazon. « Les enfants s’amusaient dans le bac à sable, pendant que les parents discutaient avec leurs amis ». Le SPOT offrait aussi l’utilisation gratuite de BBQ communautaires.Si le comité SPOT a choisi de ne pas s’installer dans Montcalm cette année, la porte n’est pas fermée pour l’année prochaine.