Se libérer de ses émotions | 3 août 2017 | Article par Marine Lobrieau

Crédit photo: Marine Lobrieau

Se libérer de ses émotions

Geneviève S.Beaulieu, massothérapeute de profession, expose dans ses œuvres l’expression et l’exploration de ses émotions. Cette libération intuitive fait vivre ses peintures et permet au spectateur d’entrer dans le monde imaginaire de l’artiste. L’artiste expose pour la première fois à la Galerie Cartier.

Ressentant le besoin de s’exprimer et de créer, Geneviève S. Beaulieu se dirige vers la peinture à l’âge de 18 ans. Un jour, une amie lui suggère de peindre directement avec ses mains. Faisant écho à sa profession de massothérapeute, l’artiste trouve à travers cette pratique l’exutoire à ses émotions.

« Mon langage, c’est mes mains, à ce moment, une connexion s’est établie », confie l’artiste. La spontanéité et l’intuition créative sont les maîtres-mots de la démarche artistique de la peintre. Elle définit sa peinture comme étant « émotionnelle et très spontanée », véritable reflet de sa personnalité. Fervente adepte de la méditation, qui « fait partie intégrante de sa vie », ses œuvres sont le miroir de sa spiritualité.

Les tableaux de Genevieve S.Beaulieu, principalement réalisés à l’acrylique, sont des passages émotionnels immortalisés grâce à la peinture. À travers ses créations, l’artiste souhaite transmettre aux spectateurs « des effets de lumière » et « un moment intérieur ». La nature est également très présente et s’explique par la communion de l’artiste avec la nature.

Le lâcher-prise est l’un de ses moteurs. Sa démarche vise à opérer une introspection émotionnelle par la peinture, et ce, sans obligation de résultat.

Durant le processus de création, je suis complètement libre. Ma force n’est pas le dessin parfait. Je me suis laissée aller et c’est ce qui est très important quand on explore et que l’on veut découvrir autre chose. Il faut être détaché du résultat.

Ses tableaux illustrent des passages de vie sur une toile, des « jets d’émotions ». Les couches texturisées traduisent cette expression. « Parfois, ce que l’on voit est la couche finale, mais il y a eu d’autres choses avant, tout ceci donne de la texture », atteste l’artiste.

Confirmant qu’il est parfois difficile de « traduire son imaginaire », elle éprouve en peignant « une grande libération intérieure ». L’artiste propose également des ateliers d’initiation à la peinture destinés à sensibiliser le public à l’utilisation de cet outil d’expression. « Je voulais permettre aux gens de se laisser aller à travers un espace, juste prendre ce côté émotionnel et le laisser émerger sur le tableau », précise-t-elle.

Geneviève S.Beaulieu partage sa sensibilité à travers des œuvres teintées de spiritualité, invitant au passage le spectateur à explorer une partie de « son monde ». On la découvre à la Galerie Cartier durant tout l’été.