Simon Domingue : « Apporter un regard neuf sur le district » | 11 octobre 2017 | Article par Marine Lobrieau

Crédit photo: Céline Fabriès

Simon Domingue : « Apporter un regard neuf sur le district »

En entrevue éditoriale avec Monmontcalm, le candidat d’Option Capitale Nationale, Simon Domingue, apporte un regard neuf sur le district. Jeune recrue dans un parti naissant, Simon Domingue répond aux questions sur le transport en commun, la condition des piétons, les commerces de proximité et le phénomène Airbnb.

Étudiant en administration des affaires, Simon Domingue, 31 ans, est un jeune candidat impliqué dans la politique depuis quatorze ans. Il a fait le choix de s’engager aux côtés d’Option Capitale Nationale, lorsqu’il a constaté un manque d’offres et de propositions dans le paysage politique de la ville de Québec.

Je suis le plus jeune des candidats [du district] les décisions qui vont être prises vont me toucher, moi, ma génération, ma famille, mes enfants, je voudrais que l’on réfléchisse un peu plus à ce qui s’en vient.

Engagé dans un parti naissant, Simon Domingue est soucieux de l’avenir de son quartier, où il vit depuis dix ans, et désire apporter un renouveau. « Nous proposons quelque chose de plus fondé dans l’environnement. Nous voulons des solutions rationnelles pour la ville, pour son avenir », explique-t-il.

Prioriser les transports collectifs

Employé dans une SAQ en banlieue, il utilise quotidiennement le transport en commun. Il souhaite réinvestir financièrement dans ce service et augmenter le nombre de passages sur les lignes.

Je prends tous les jours le bus, et je suis en mesure de discuter de certains points qui ne sont pas beaucoup discutés sur le transport en commun. Nous, on voudrait que ceux qui habitent à moins de 10 minutes d’un arrêt d’autobus puissent se rendre n’importe où dans la ville en moins de 45 minutes. Ça serait un objectif.

Œuvrer en faveur de l’ensemble de la mobilité

Simon Domingue a la volonté de prendre en compte l’ensemble des citoyens, et tous les moyens de se mouvoir.

Ainsi, le candidat, conscient de la dangerosité de certaines artères, avoue que des améliorations doivent être proposées. « J’ai siégé six ans au conseil de quartier de Saint-Jean-Baptiste. Il y a des endroits très difficiles, comme Salaberry. C’est très à pic quand on arrive en voiture, donc les voitures accélèrent pour ne pas perdre d’élan, c’est très dangereux pour traverser quand on ne connaît pas. On a encore des choses à améliorer », estime t-il.

Interrogé sur la condition des cyclistes, le candidat reconnaît que les pistes cyclables doivent elles aussi être revues pour une utilisation plus commode dans la pratique.

Pour aller au travail, on veut que les gens aient d’autres options que la voiture. Il faut relier les centres où les gens travaillent et habitent par des pistes cyclables efficaces. On n’est pas dans le loisir, on est dans le pratique, on est dans le sérieux et le besoin.

Le candidat admet que cette question est un enjeu difficile, qu’il est nécessaire de partager la route, mais qu’il ne détient pas encore la solution à cette problématique. De plus, bien qu’elle ne soit pas l’une de ses priorités, il estime que les trottoirs pourraient également être améliorés pour faciliter la circulation des piétons.

La condition des commerçants

Interrogé sur l’augmentation des taxes depuis plusieurs années et l’impact sur les commerces, Simon Domingue affirme que les engagements de son parti ne vont pas en direction d’une baisse des taxes. En revanche, il promet, le gel immédiat de celles-ci s’il est élu.

C’est regrettable que plusieurs commerces aient fermé. Si on était la prochaine administration, on gèlerait ces taxes-là. Pour la baisse, il faut voir avec les fonctionnaires de la Ville ce qui est possible et dans quel intervalle de temps.

Il y a quelques semaines, la Ville de Québec a annoncé une dotation subventionnelle pour aider les commerces à se lancer dans la vente en ligne. Pour le candidat, cette alternative ne sera pas suffisante bien qu’ « elle soit un bon début d’idée ».

En ce sens, le candidat se place également en faveur de la conservation du Marché du Vieux-Port dans le Vieux-Québec.

Instaurer une surveillance stricte du phénomène Airbnb

Monsieur Domingue a une vision tempérée du concept. Il estime qu’il faut composer avec cette tendance tout en l’encadrant strictement.

Je ne suis pas opposé au principe, mais il faut être sérieux dans l’application de nos mesures à cet égard, nous on aurait une application stricte et des inspecteurs qui vérifieraient.

L’important pour le candidat sera de protéger les habitants sur leur accès au logement. « Airbnb n’est pas en contradiction avec nos lignes sur l’occupation des logements, mais ce que l’on ne veut pas, c’est que le logement au complet soit loué, car il prive les gens qui habitent le quartier », affirme-t-il.