S’inspirer de la beauté des fleurs | 28 juin 2017 | Article par Marine Lobrieau

Crédit photo: Céline Fabriès

S’inspirer de la beauté des fleurs

Mettant à profit sa nouvelle situation, la retraite, Lucette Nadeau-Bolduc se consacre aujourd’hui entièrement à sa passion, la peinture. Depuis, l’artiste s’adonne à cette activité avec un style défini et un thème de prédilection : les fleurs. On la découvre à la Galerie Cartier tout l’été.

C’est en Janvier 2008 que Lucette Nadeau-Bolduc s’est lancée dans la réalisation de ses toiles et a saisi l’opportunité de peindre à plein temps.

Cherchant à exploiter au maximum son potentiel, elle assiste à des cours dispensés par Yvon Lemieux. C’est à cette occasion que son empreinte artistique est née. Vouant une passion aux fleurs elle en fera, à travers ses réalisations, son leitmotiv.

C’est ce que je peins essentiellement. Au début, j’ai commencé par faire des maisons et des paysages, mais je revenais toujours aux fleurs. Quand je ne peignais pas je faisais beaucoup de platebandes. C’est pour ça que c’est automatiquement devenu ma passion », explique l’artiste.

Cette activité sera une source d’inspiration pour ses tableaux dont elle compare la réalisation à un véritable exutoire.

L’artiste s’applique à exprimer sa sensibilité aux travers de teintes vives et essentiellement marquées par des déclinaisons de rouges et de bleus. Ainsi comme elle le précise, « je joue entre l’huile et l’acrylique » et d’ajouter que la vivacité de ces tons et la représentation de la fleur en elle-même sont pour elle une authentique source d’énergie.

Analysant l’un de ses tableaux qui représente avec une infinie précision les pétales et le pistil d’une fleur, l’artiste tire un bilan de sa démarche artistique à travers celui-ci, « avant j’étais beaucoup dans le style déterminé, la précision ». L’artiste associe également cette rigueur à l’exercice de sa précédente activité dans le domaine de la fonction publique fédérale.

Désormais, elle entreprend une évolution dans sa démarche esthétique et s’accorde à présent le droit « d’aller vers des fleurs moins définies » et de laisser son âme artistique cheminer vers une approche empreinte de plus de liberté.

Cette première exposition à la Galerie Cartier est le gage de trouver à travers les œuvres de « Lulu » la vivacité d’une fleur à laquelle l’artiste lui offre, grâce à la peinture, l’éternité.