Chefs-d’oeuvre d’apprentis : En contact avec l’histoire

Habiter Montcalm, c’est croiser de petites hordes de touristes parcourant la ville en autobus – des gens pour qui c’est nous qui faisons partie du décor. De temps à autre, il est bon de suivre leur exemple et de prendre le temps de redécouvrir ce qui se trouve juste sous nos yeux.

Vous êtes féru d’histoire? Pourquoi ne pas visiter le Musée des plaines d’Abraham? (Avouez que vous étiez curieux de suivre les flèches dessinées sur les trottoirs du parc.) Jusqu’au 3 septembre, le Musée vous convie à la 10e édition de l’exposition Chefs-d’œuvre d’apprentis, présentée par la Commission des champs de bataille nationaux, en collaboration avec la Commission scolaire de la Beauce-Etchemin.

Les apprentis, ce sont des élèves de cinquième année du primaire et de troisième et quatrième secondaires des commissions scolaires de la Beauce-Etchemin et de la Capitale ainsi que du Collège Dina-Bélanger. Guidés par leurs enseignants, ils sont allés au-delà des textes des manuels scolaires pour façonner des reproductions d’artéfacts historiques de différentes époques.

Plus de 150 objets ont ainsi été retenus pour faire partie de l’exposition. En plus des pointes de flèches, outils, poteries, armes et autres reproductions d’artéfacts de la Nouvelle-France, vous pourrez admirer des portraits, des toiles et des dessins, mais aussi des caricatures politiques du siècle dernier, des modèles de drapeaux proposés pour le Canada avant l’adoption de l’Unifolié, divers meubles, jouets et objets en bois, alouette… Le tout est exécuté avec grand soin, comme en témoignent les photos des artisans à l’œuvre. Votez pour votre coup de cœur!

Si cela vous donne envie d’en voir davantage, vous pouvez découvrir dans le reste du Musée d’autres artéfacts – authentiques, ceux-là – revivre le siège de Québec et les batailles des plaines d’Abraham dans l’exposition Batailles | 1759-1760. Vous pouvez même faire une visite guidée en autobus, comme un vrai de vrai touriste!

Chefs-d’œuvre d’apprentis vous attend jusqu’au 3 septembre au Musée des plaines d’Abraham, au 835, avenue Wilfrid-Laurier.