Guy Boivin, candidat de l’Équipe Autonomiste dans Taschereau | 14 septembre 2018 | Article par Vincent Auclair

Crédit photo: Vincent Auclair

Guy Boivin, candidat de l’Équipe Autonomiste dans Taschereau

En vue des élections provinciales 2018, nous allons à la rencontre des candidat.e.s de Taschereau pour connaître leurs motivations, leur vision et leurs priorités sur des enjeux de la circonscription. Sous la forme d’un questionnaire électoral – le même pour tou.te.s  – voici les réponses de Guy Boivin, candidat pour l’Équipe Autonomiste (EA).

Pour faire connaissance…

Originaire de la Montérégie, Guy Boivin est diplômé en techniques juridiques et en art. Il a travaillé dans la fonction publique provinciale et a publié plusieurs ouvrages. Membre fondateur de l’Équipe Autonomiste, il a été chef du parti de 2013 à 2016.

Quel est votre lien avec Taschereau?

Travaillant à l’époque au ministère des finances, en 1992 j’ai été transféré dans le quartier Saint-Roch. Depuis, je me suis impliqué dans divers milieux, notamment le conseil de quartier de Montcalm, où je réside présentement. Après 42 ans en politique, pour la troisième fois je me présente dans la circonscription de Taschereau.

Pourquoi avoir choisi de vous engager avec l’Équipe Autonomiste?

À la suite de l’ADQ, les membres ont fait un référendum sur la fusion avec la CAQ. Ceux du secteur de la Capitale-Nationale étaient défavorables à la proposition et ont donc fondé l’Équipe Autonomiste. La phrase-clé du parti à ses débuts était « Plus à droite, mais pas dans le champ ». Il possède un programme plus social que ce que l’on retrouve au PLQ et à la CAQ.

Quel est votre vision du rôle de député?

Une fois élus, les députés ne devraient pas représenter leur parti, mais bien leur circonscription, mis à part le cabinet ministériel.

Enjeux locaux

Quel dossier jugez-vous prioritaire pour Taschereau?

À l’approche d’une réforme du réseau de transport, il est important de s’assurer que nos quartiers formant la circonscription de Taschereau ne deviennent pas un secteur transitoire du réseau. Ensuite, de sorte à avoir une canopée intéressante et briser les îlots de chaleur, il faut promouvoir le verdissement, tel qu’en intégrant un arbre à toutes les cinq places de stationnement.

Les églises sont les châteaux du Québec, il faudrait leur donner une seconde vie tel qu’en utilisant les installations du sous-sol pour des bureaux de département d’état.

Quelle est votre vision du développement économique dans Taschereau?

Abolir les subventions et décider si c’est un besoin essentiel. Je crois fortement aux PME, il faut les encourager et ainsi éviter de subventionner les grosses entreprises. Elles ont une bonne présence dans Taschereau et font partie de notre futur.

Quelle est votre vision pour la politique de transport à Québec?

Je ne comprends pas l’entêtement d’avoir un tramway. Cela ne ferait qu’engorger le trafic autant que les autobus, sans pour autant changer les habitudes de vie. Pourquoi ne pas envisager un monorail aérien? On peut faire quelque chose de beau, sans interférence sur la fluidité de la circulation. Les piétons, il faudrait faciliter leurs déplacements en mettant l’accent sur des priorités piétonnières et en évitant de les faire attendre un cycle de lumières complet avant d’avoir le droit de traverser.

Quelle est votre vision de développement social dans Taschereau?

Il y a beaucoup de demandes pour les fêtes de quartier, il faut encourager ces activités sociales. Au point de vue sportif, il y a un manque flagrant d’encadrement. Il faut supporter les activités parascolaires, en faire leur promotion. Nous voulons être un facilitateur pour les Québécois.

Quel est pour vous le rôle des arts et de la culture dans la société, notamment dans Taschereau?

Nous sommes bien servis dans la circonscription. Toutes les formes d’art sont importantes. Elles doivent être supportées et stimulées. Les artistes doivent avoir une meilleure représentation et acquérir une autonomie dans leur artisterie. Je suis moi-même auteur et éditeur, les arts me tiennent à cœur. J’ai même déposé un mémoire sur la culture à la Ville en 2016.

Le mot de la fin

Si l’Équipe Autonomiste est élue à l’Assemblée nationale, quelle est la première chose que fera votre parti?

Faire le vrai ménage de l’état! Par exemple, les ministères doivent se recentrer sur leurs buts initiaux, éviter de devenir des « pieuvres » qui s’éparpillent. Souvent dans les ministères, il se crée des départements qui sont des ventouses de plus sur leurs tentacules.

À lire aussi :

Florent Tanlet, candidat du Parti libéral du Québec dans Taschereau
Catherine Dorion, candidate de Québec solidaire dans Taschereau
Élisabeth Grégoire, candidate du Parti vert du Québec dans Taschereau
Svetlana Solomykina, candidate de la Coalition avenir Québec dans Taschereau
Christian Lavoie, candidat de Citoyens au pouvoir du Québec dans Taschereau
Marcel Rouette-Martel, candidat du Parti conservateur du Québec dans Taschereau