L’équipe du Périscope retourne dans son théâtre revalorisé | 14 juin 2018 | Article par Véronique Demers

Crédit photo: Véronique Demers

L’équipe du Périscope retourne dans son théâtre revalorisé

Après avoir été nomade dans la diffusion de ses productions au cours de la dernière année, le Théâtre Périscope reprend un confort accru dans ses espaces revalorisés. Des rénovations majeures ont été apportées au bâtiment qui abritait dans les années 1940 une synagogue.

On a d’ailleurs dû procéder à une décontamination de l’amiante présente dans le bâtiment, mais aussi à une décontamination du terrain et à un nettoyage du vide sanitaire.

« Les travaux ont été plus ardus et complexes, mais on a maintenant un théâtre robuste et solide. On a notamment changé complètement le parement extérieur, avec des matériaux plus durables. Seule la pierre en référence à la synagogue d’origine a été conservée », a précisé Marie-Ève Dumont, lors de la visite des lieux rafraîchis destinée aux médias, mercredi.

Problème structurel

Un grand mur séparant le studio Marc-Doré de la salle principale a dû être refait de A à Z, du sous-sol jusqu’au niveau du toit. « C’est devenu un mur de béton, ce qui génère une insonorisation accrue. On peut maintenant présenter des spectacles en simultané au studio Marc-Doré et dans la grande salle. On a découvert un problème structurel au moment où des travaux de maçonnerie étaient en train d’être faits sur le toit. Ça ne respectait pas les normes. On a donc tout consolidé et changé la poutre. L’ensemble des travaux au théâtre, qui comprend notamment de la peinture, des planchers refaits, des modifications sur la ventilation et le chauffage, monte à 2,8 M$ », détaille Mme Dumont.

Malgré les nombreux changements visant à consolider le bâtiment, améliorer le confort des spectateurs, apporter plus de luminosité, etc., la capacité maximale de la grande salle ne change pas. Le nombre de places peut monter jusqu’à 200, mais règle générale, les configurations permettent entre 150 et 185 spectateurs.

Chez Roland!

Le Théâtre Périscope accueille trois compagnies de théâtre résidentes : Théâtre Niveau Parking, Carte blanche (auparavant Théâtre Blanc) et Nuages en pantalon. Les bureaux administratifs du Théâtre jeunesse les Gros Becs occupent également des locaux, en raison du manque de place au théâtre sur la rue Saint-Jean.

La salle Bleue, où beaucoup de projets de création prennent forme, sera rebaptisée salle François-Gagnon, en l’honneur d’un important mécène. Quant au hall d’accueil, il est nommé Chez Roland, en hommage au comédien Roland Lepage. « Roland incarne en lui-même le plaisir du rassemblement. Aller au théâtre implique une résonance sacrée et chaleureuse, on veut que les spectateurs investissent le hall », a souligné Marie-Hélène Gendreau, directrice artistique du Théâtre Périscope.

En guise de cerise sur le sundae, une marquise électronique sera en fonction dès septembre, sur laquelle seront inscrits les spectacles à l’affiche.

À lire aussi : La 33e saison du Périscope est lancée!