<em>En mouvement</em> : 70 ans d’art contemporain dansant sous nos yeux | 14 octobre 2018 | Article par Suzie Genest

Crédit photo: MNBAQ, Idra Labrie

En mouvement : 70 ans d’art contemporain dansant sous nos yeux

Jusqu’au 6 janvier 2019, le Musée national des beaux-arts du Québec (MNBAQ) présente En mouvement, la plus importante exposition consacrée à ce jour à Marcel Barbeau, figure québécoise de l’histoire de l’art. Au fil des sept décennies de sa pratique, transdisciplinaire avant le terme, on survole différents courants artistiques des années 1940 à 2010. Belle idée du MNBAQ pour entraîner même les plus timides à la découverte du peintre-sculpteur et de l’art contemporain, le parcours Formes instants propose une visite sonore de l’exposition.

« Rétine optimiste ou salute », Marcel Barbeau,1964.

Élève de Paul-Émile Borduas, cosignataire du Refus global, Marcel Barbeau est d’abord un Automatiste. Ses tableaux et sculptures des années 1940-1950 marquent le courant de l’abstraction picturale. Parmi les expériences qui influent sur sa pratique, un concert de musique nouvelle à l’Université de Montréal en 1958 lui révèle l’oeuvre de Stockhausen. La musique contemporaine alimente son exploration de l’illusion du mouvement, de l’art optique et cinétique. En émergent des peintures comme « Rétine optimiste ou salute », créée en 1964 à New York.

Lors d’un récital de poésie en France en 1972, la première performance picturale interdisciplinaire de Marcel Barbeau avec un percussionniste fait naître cinq toiles monumentales, dont « Kitchenombi » (photo à la une). Amoureux de jazz, de musique et de danse contemporaines, l’artiste allait poursuivre les collaborations avec musiciens, danseurs, comédiens.

Hommages en musique

Inspiré par la relation intime entre la musique et la démarche de Marcel Barbeau, le MNBAQ a confié à Yannick Plamondon le commissariat du parcours audio Formes instants. Accessible via le Médiaguide du MNBAQ – sur le téléphone mobile du visiteur ou sur une tablette mobile empruntée à la billetterie – le parcours vient ponctuer la visite d’accords entre instants sonores et œuvres du peintre-sculpteur, pour les faire « ressentir avec les oreilles », dit le commissaire. Un bel hommage aux peintures et sculptures des différentes époques de la production de Barbeau qui dansent sous nos yeux au fil de l’exposition En mouvement.

Les 51 extraits musicaux, sélectionnés suivant un appel à l’échelle du Québec, sont signés par onze compositeurs contemporains et artistes sonores, dont plusieurs de la région de Québec : Éric Champagne, Sean Clarke, Rémy Bélanger de Beauport, Benoit Fortier, Symon Henry, Frédéric Lebrasseur, Rébécca Marois, Hans Martin, James O’Callaghan, Miriane Rouillard, Pierre-Olivier Roy.

Des activités célébrant la relation intime entre l’art de Marcel Barbeau et la musique sont aussi au programme au MNBAQ. Le 20 octobre, on y verra en clôture du Festival de jazz de Québec Un homme, une femme et un saxo – un hommage à Marcel Barbeau à 20 h. Le spectacle sera précédé du dévoilement, à 18 h, de l’oeuvre de l’artiste de Québec Klödy. T Hommage à Barbeau, en compagnie de musiciens jazz et d’Anaïs Barbeau-Lavalette, cinéaste, auteure et petite-fille de l’artiste.

Le parcours Formes instants est accessible en ligne sur le site du MNBAQ, dans la section du mediaguide.mnbaq.org.