Près de chez vous : Gérald Gobeil, gentleman ambassadeur | 1 août 2018 | Article par Suzie Genest

Gérald Gobeil dans son propre costume de bénévole de l’exposition Ici Londres au Musée de la civilisation.

Crédit photo: Suzie Genest

Près de chez vous : Gérald Gobeil, gentleman ambassadeur

Près de chez vous, dans le quartier Montcalm, habitent des gens ordinaires dont la vie ne l’est pas toujours. Parmi eux, Gérald Gobeil s’est forgé une réputation en tant que bénévole en culture.

Pour mieux profiter de l’offre culturelle et de la marchabilité urbaines, Gérald Gobeil a quitté Sainte-Marie-de-Beauce, où il a été en affaires pendant 35 ans, pour le quartier Montcalm. De musée en festival, le spectateur fidèle est devenu un bénévole aguerri et un ambassadeur de son milieu de vie.

Des arbres et des arts

Gérald Gobeil en avait assez de « partir à minuit et arriver à la maison à 2 h du matin » après les spectacles du Festival d’été de Québec, il a donc déménagé. C’est que celui qui possède une collection de quelque 500 vinyles 33 tours et CD est un passionné de musique.

« La musique a beaucoup d’effets sur les êtres humains. Quand on entre dans une maison et qu’il y a le silence ou un petit air de clavecin, de jazz, ce n’est pas la même chose… »

Le Beauceron de souche avait toutefois besoin d’espace, de verdure de « petits oiseaux ». Il a trouvé parc spacieux et arbres matures en emménageant devant les Plaines d’Abraham. L’immeuble de copropriétés manquait de fleurs : il s’en est occupé… et en a présidé le conseil d’administration pendant 15 ans.

Un souci de santé le poussant à la retraite à la fin cinquantaine, l’ex-avocat et directeur général de son cabinet (alors Sylvain, Parent et Gobeil) est passé « de préoccupé à occupé ». « Plus art que « spârt » », il s’est engagé dans le bénévolat culturel : Musée de la civilisation et Carrefour de théâtre depuis plus d’une décennie, événements d’EXMURO arts publics, Muséomix…

Doué pour l’accueil des visiteurs, il ne lésine pas sur les accessoires qui lui permettent de bonifier leur expérience. Et il garde dans sa manche des informations complémentaires sur les circuits d’autobus, tours guidés, attractions avoisinantes et autres bonnes adresses.

Lorsque Gérald Gobeil voyage, il emporte avec lui des épinglettes de la Ville de Québec à offrir, et porte des t-shirts des festivals et autres événements de Québec. Ceci lui a permis de nouer des liens durables avec des cousins français et même de faire la connaissance de personnalités publiques.

Proximité urbaine

Un intérêt pour le sujet a amené Gérald Gobeil vers Québec Urbain, blogue voué à l’urbanisme où il est actif depuis près de 15 ans. Au moment où Francis Vachon devait passer le flambeau pour se consacrer à la photo, il a fait partie de la relève de bénévoles. Il y veille toujours quotidiennement aujourd’hui. Cet engagement lui a d’ailleurs valu d’être invité à des émissions de radio et de télévision pour parler urbanisme et développement immobilier. À ce propos, il constate que les familles ont du mal à s’établir à Montcalm, en raison des coûts de l’habitation, un défi auquel il ne voit pas de solution facile.

Monsieur Gobeil « adore les chaudrons ». Dégoûté par les repas de ses années de pensionnat, il s’était juré d’apprendre à cuisiner, ce qu’il n’a pas manqué de faire. Il a aussi développé une passion pour les voitures, mais demeure un fervent défenseur des transports actifs et collectifs.

« Dans un rayon d’un kilomètre, j’ai tout ce qu’il me faut pour vivre sans utiliser la bagnole. Pour m’approvisionner, je vais à pied sur la rue Cartier, un peu plus loin j’ai le IGA. Si on veut se gâter de temps en temps, sur Crémazie il y a Gaël Vidricaire qui fait des trucs fabuleux… J’ai une quincaillerie sur Crémazie, sept boulangeries dans les environs… J’ai même deux hôpitaux, le musée… Si je veux prendre un bus pour le Vieux-Port, j’ai le parcours 11, tous les Métrobus… et dans quelques années, je vais avoir le tramway! »