Amour Amour : voyage au centre de l’étrange | 24 octobre 2019 | Article par Mélanie Trudel

Crédit photo: Courtoisie

Amour Amour : voyage au centre de l’étrange

La compagnie théâtrale Kill ta peur aime sortir des sentiers battus, et c’est un défi relevé haut la main avec la présentation d’Amour Amour. C’est une pièce audacieuse proposée par Gabriel Cloutier Tremblay (texte et mise en scène) et Ariane Voineau (chorégraphies).

Laboratoire futuriste de la découverte de soi et de la relation à l’autre, Amour Amour promet de vous déstabiliser.

D’entrée de jeu, voile de polythène et musique classique laissent présager une atmosphère incongrue. Un homme masqué en habit de protection balaie un sol où sont déposés des sacs poubelles aux allures inquiétantes.

Lentement, nous assistons à l’extirpation de cinq nymphes de ces chrysalides des plus inusitées. Râles, bave, nous sommes témoins de la naissance agonisante de grands nourrissons, marmonnant sous les néons et les draps crème qui tapissent les murs.

Mamamour, la matrice, guidera les mamours à travers toutes les phases du développement, de la découverte du soi au langage, de la motricité à la pensée.

Apprendre sa valeur et celle des autres par l’acclamation ou le détriment, prôner la cohésion en imposant l’exclusion, Amour Amour reflète un système où s’instaure, sous l’influence de la mère, une hiérarchie malsaine et aléatoire où les «évolués» sont considérés plus importants que les autres.

« Vous êtes libres de vous construire et de vous reconstruire à nouveau ». Oui, mais sous certaines conditions et à quel prix?

Explorant le conditionnement humain sous toutes ses facettes, de la docilité à la liberté de choix, Amour Amour est une pièce pour les amateurs de théâtre expérimental.

Amour Amour est présentée au Théâtre Premier Acte jusqu’au 2 novembre 2019.

KILL TA PEUR, compagnie cofondée par Léa Aubin et Gabriel Cloutier Tremblay, est une plateforme de projets artistiques mettant de l’avant la création contemporaine dans un souci constant d’aller au-delà de sa propre pratique et de remettre en question les différents modes d’expressions théâtrales habituels. S’inspirant de l’expression « Kill your darlings », invitant les créateurs à laisser tomber certaines préférences artistiques pour le bien de l’œuvre, les cofondateurs poursuivent dans la même veine en insistant sur le dépassement de leurs propres limites et certitudes.