L’industrie du tourisme, de l’hôtellerie et de la restauration en pleine mutation | 6 novembre 2019 | Article par Amélie Légaré

Jacques Plamondon, conférencier dans le cadre du colloque.

Crédit photo: Catherine Langlois

L’industrie du tourisme, de l’hôtellerie et de la restauration en pleine mutation

Les 4 et 5 novembre dernier, la Fondation Mérici collège privé organisait un colloque sur la valorisation des professions en tourisme, hôtellerie et restauration. Intitulé Pour voir autrement, l’événement a permis aux entreprises de s’outiller afin de mieux répondre aux réalités de l’industrie.

Après une période d’analyse et de constat, les dirigeants de Mérici souhaitent inspirer les professionnels du milieu à faire preuve de créativité et d’innovation. Cet événement visait ainsi à offrir des solutions et des outils concrets pour faire face à différents enjeux, incluant le recrutement de la main-d’œuvre. Voici quelques observations émises pendant ce colloque qui s’appliquent à tous les secteurs d’activité du milieu des affaires.

Portrait de la génération Z

Selon le formateur et conférencier Jacques Plamondon, les employés de la génération Z sont      « excessivement polarisés ». Certains sont autonomes, responsables et allumés. D’autres sont plutôt dépendants, anxieux et hésitants parce qu’ils ont de la difficulté à gérer les émotions difficiles et que leurs parents étaient très présents pour eux. « Cela a amené une génération de jeunes qui manquent de stratégies de résolution de problèmes. » La première catégorie demanderait un changement pour le bien commun et pour un meilleur fonctionnement de l’entreprise alors que la deuxième demande un changement pour répondre à ses besoins.

Pour la génération Z, la qualité relationnelle développée avec un employeur peut s’avérer primordiale. Selon ses observations et les résultats ressortis de consultations en groupe, M. Plamondon mentionne que ces jeunes s’attendent souvent à ce que l’environnement s’adapte à eux plutôt que l’inverse. Il faut donc viser une autorité davantage horizontale. « Toute votre personnalité est aussi importante. Le premier scanneur qu’ils vont passer est qui vous êtes comme individu au niveau de vos valeurs, de vos croyances, de votre attitude et comment vous vous comportez dans l’entreprise. […] Toutes vos qualités relationnelles sont d’autant plus importantes que vos qualités personnelles », précise-t-il.

S’adapter aux nouvelles réalités

Robert Dion, éditeur de HRImag et consultant, considère que les domaines de la restauration et de l’hôtellerie doivent se renouveler et faire preuve de créativité puisque la culture culinaire et les habitudes des consommateurs changent régulièrement. Les restaurants doivent ainsi se spécialiser et se définir comme une destination ou un événement afin de faire vivre aux clients une expérience mémorable non reproductible à la maison. « Il n’y a pas trop de restaurants, il y a trop de restaurateurs qui s’improvisent. » Suivre les tendances, miser sur l’efficacité plutôt que la qualité, rassurer le client et être conséquent sont des approches recommandées par l’homme d’affaires impliqué dans l’industrie depuis de nombreuses années.

Prêcher par l’exemple

Le Collège Mérici a profité du colloque pour annoncer quelques nouveautés dans son offre de formation. Afin de mieux faire face aux enjeux de recrutement, une nouvelle formule d’apprentissage en milieu de travail a été ajoutée. Le programme de gestion hôtelière sera également amélioré à compter de l’automne prochain pour mieux répondre aux besoins des étudiants et de l’industrie. Le Collège a également signé une alliance avec le Swiss Education Group (SEG) afin d’ajouter une dimension internationale à sa formation.

En savoir plus sur...