Théâtre Périscope : une exposition permanente à saveur historique | 30 août 2019 | Article par Suzie Genest

La synagogue à l’angle de la rue Crémazie et de l’avenue Salaberry en 1980.

Crédit photo: Archives de la Ville de Québec

Théâtre Périscope : une exposition permanente à saveur historique

Une exposition permanente sur l’histoire du bâtiment du Théâtre Périscope, Le Périscope, de synagogue à théâtre, sera inaugurée le 17 septembre, en guise de coup d’envoi à la saison 2019-2020.

L’exposition Le Périscope, de synagogue à théâtre présentera des objets et des photos d’archives qui témoignent de « l’étonnante histoire de la communauté juive de Québec et sa contribution au développement de la ville; un sujet d’exposition qui n’est pas sans rappeler la thématique de quête identitaire présente dans la 34e saison du Périscope », mentionne le communiqué émis ce matin. Une section s’attarde plus particulièrement à la transformation en salle de spectacles de l’ancienne synagogue qui occupait auparavant les lieux.

De Beth Israël Ohev Shalom au Périscope

Le terrain où se trouve aujourd’hui Le Périscope avait été acquis par des Juifs en 1943 pour la construction d’une synagogue. À cette époque de la Seconde Guerre mondiale, des tensions alimentées par l’antisémitisme faisaient rage, et l’arrivée d’une synagogue était mal vue par certains paroissiens catholiques. Après des manifestations et des pressions pour tenter d’obtenir l’expropriation, la synagogue a été la proie d’un incendie criminel le 20 mai 1944, avant son inauguration. Ces événements ont eu, à l’époque, des échos dans tout le Canada.

Le secteur du quartier Montcalm étant celui où la population juive à Québec était surtout concentrée, la congrégation Beth Israël Ohev Shalom tenait à y établir la synagogue, qui a vu le jour en 1952. Après les années 1960, elle a toutefois connu une diminution de son membership, assortie de difficultés financières.

En 1985, la synagogue a cédé sa place dans l’édifice de la rue Crémazie à un projet de théâtre : L’Implanthéâtre. Cet espace était utilisé par Le Théâtre du Gros Mécano, le Théâtre de la Commune, le théâtre du Vieux-Québec et le Théâtre Repère. Suivant un concours public orchestré par Radio-Canada, il a pris le nom de Périscope en 1990.