Le Centre culture et environnement Frédéric Back rénové, agrandi et <em>carboneutralisé</em> | 5 février 2020 | Article par Ève Cayer

Le ministre Pierre Fitzgibbon, le maire Régis Labeaume et le président exécutif du Centre culture et environnement Frédéric Back, Alexandre Turgeon.

Crédit photo: Ève Cayer

Le Centre culture et environnement Frédéric Back rénové, agrandi et carboneutralisé

Rassemblés cet après-midi au théâtre Premier Acte, le ministre de l’Économie et de l’Innovation Pierre Fitzgibbon, le maire Régis Labeaume et le président exécutif du Centre culture et environnement Frédéric Back, Alexandre Turgeon, annonçaient le projet de rénovation et d’agrandissement des bâtiments qui hébergent plus de trente organismes et entreprises à but non lucratif.

« Le projet d’agrandissement a été imaginé […] à partir de 2012 pour répondre à deux impératifs. Premièrement, […] la façade qui a des infiltrations d’eau qui devrait être refaite au complet […] C’est démolir de bord en bord et la reconstruire au complet, c’est pour cela que c’est si cher. Deuxièmement, le projet a été imaginé pour répondre aux besoins grandissants des OBNL et des entreprises […] qui ont vu passer le nombre de leurs employés, entre 2007 et aujourd’hui, de 50 à plus de 165, aujourd’hui », précise Alexandre Turgeon.

Concrètement, au 870, avenue de Salaberry, les travaux comprennent la réfection de la façade et son avancement de cinq mètres, sur trois étages. Pour le 850, avenue de Salaberry – la plus vieille partie du centre –, bien que des travaux ait été amorcés à l’été 2018, la fondation devra être refaite pour assurer l’étanchéité, améliorer le drainage et l’isolation qui causent actuellement des problèmes d’humidité et de moisissures.

En plus d’abriter un théâtre, une trentaine d’entreprises et d’organismes à but non lucratif, le Centre culture et environnement Frédéric Back pourrait accueillir des logements sociaux. Alexandre Turgeon explique qu’« il y a des discussions à cet effet avec l’Office municipal d’habitation pour voir si on ne pourrait pas céder nos terrains pour qu’il puisse les réaliser ».

Le projet s’intègre dans la vision du potentiel de développement des terrains du Centre culture et environnement Frédéric Back, une demande qui remonte à 2009 et qui provenait de la Ville de Québec.

« La Ville de Québec a bien des partenaires et est client de bien des organisations dans cet édifice-là. Il y a ici une connaissance qui n’existe pas ailleurs et si elle existait, elle coutait très cher. […] [À la Ville de Québec], on croit aux entreprises d’économie sociale », ajoute le maire Régis Labeaume.

Certifications écologiques des bâtiments

Tant qu’à rénover, le Centre culture et environnement Frédéric Back tentera d’obtenir la certification zéro carbone du Conseil du bâtiment durable du Canada.

« Je tenais à être ici, aujourd’hui, pour souligner la part des entreprises d’économie sociale dans l’économie du Québec et je voulais saluer, en plus, les professionnels qui y travaillent aussi, puisqu’ils répondent aux besoins locaux et à des problématiques bien réelles qui sont souvent laissées pour compte dans nos régions. […] Les nouveaux bâtiments du centre verront leur efficacité énergétique améliorée puisqu’ils détiendront les certifications HQE (haute qualité environnementale) et LED. […] Il s’agit d’une initiative qui s’inscrit très bien dans le virage que le Québec veut effectuer vers une économie plus verte. Plus que jamais, […] l’environnement va nourrir l’économie », souligne le ministre Pierre Fitzgibbon.

Une partie des travaux ont débutés en 2019 et le centre procèdera aux appels d’offre par lot dès le printemps pour commencer les travaux à l’été 2020.

Les travaux d’agrandissement de l’espace représentent 20 % de la surface actuelle, une superficie qui sera comblée à l’interne par les locataires occupant déjà des locaux.

L’investissement de près de 2,5 millions de dollars provient des subventions du ministère de l’Économie et de l’Innovation (480 000 $) et de la Ville de Québec (270 000 $), des fonds du Centre (345 000 $) et de prêts octroyés (1 370 000 $), notamment par la Caisse Desjardins et Investissement Québec.

En savoir plus sur...