Roméo et Juliette : le classique réinventé… pour notre plus grand plaisir! | 9 mars 2020 | Article par Mélanie Trudel

Crédit photo: Stéphane Bourgeois

Roméo et Juliette : le classique réinventé… pour notre plus grand plaisir!

Il n’est de classique de Shakespeare mieux connu de tout un chacun que Roméo et Juliette. Mille fois jouée, transposée au cinéma, dans les dessins animés, c’est une histoire revampée à mille sauces que cette tragédie. Le théâtre du Trident, en collaboration avec la compagnie de création Nuages en pantalon, nous présente une version actualisée extrêmement divertissante.

Sur la scène, un bâtiment se dresse, gris, lourd, peu accueillant. Je me suis demandée si cette adaptation allait être froide et triste. Il n’en fut rien!

Grâce à son caractère très contemporain, l’adaptation de Rébecca Déraspe et la mise en scène de Jean-Philippe Joubert fascinent, amusent, émeuvent et nous font passer un très très bon moment de théâtre. L’humour est au coeur des textes et c’est une belle surprise, considérant le dramatique de l’histoire.

Et pourtant du drame, il y en a. Dès le départ, la mal-être qui gruge Vérone jusqu’à l’âme est bien rendu par les chorégraphies de batailles d’Alan Lake, exécutées avec beaucoup d’énergie et de conviction par les comédiens.

L’interprétation est sublime, de tous les comédiens. Laurence Cloutier (Juliette) et Gabriel Cloutier-Tremblay (Roméo) interprètent divinement leurs personnages, de manière tellement réaliste et poignante, que j’en ai eu des frissons à plusieurs reprises. Olivier Normand nous livre un Mercutio passionné et impulsif, charismatique. J’ai eu un coup de coeur pour le jeu particulièrement drôle et attendrissant de Marie-Josée Bastien, qui interprète la nourrice de Juliette. Mélissa Merlo (Blanche), Ariel Charest (Eva) et Laurence Moisan-Bédard (Benvolia) expriment et rendent bien la nature du conflit qui les habitent tous.

La scénographie de Claudia Gendreau est magnifique, tout est dans le mini détail intéressant à observer, de la poupée gigogne sur l’étagère ronde de la chambre de Juliette, aux herbes de l’atelier de Laurent. Les décors pivotants qui nous permettent de voyager d’un endroit à l’autre sont tout simplement géniaux. Les costumes de Julie Morel sont tour à tour éclatés, sobres ou colorés selon l’intensité du moment et ajoutent une touche de folie à la dureté du récit.

J’ai beau avoir vu et lu cette histoire mille fois, j’ai été éblouie jusqu’à la dernière seconde. C’est une pièce magnifique, vibrante, palpitante où les tableaux se succédant rapidement nous maintiennent en haleine du début à la fin! Malgré la durée (2h50 avec entracte), on en prendrait encore! Je vous recommande chaudement d’y assister, vous ne le regretterez pas!

En savoir plus sur...