Saint-Sacrement dans les années 1940 : l’École des mines de l’Université Laval | 6 septembre 2020 | Article par Jean Cazes

L’École des mines en 1941.

Crédit photo: Archives de la Ville de Québec

Saint-Sacrement dans les années 1940 : l’École des mines de l’Université Laval

La série « Saint-Sacrement dans les années 1940 » revisite le passé du quartier à travers des images d’archives de diverses sources.

Tirée des archives de la Ville de Québec, cette photo d’époque remonte au 30 avril 1941. Elle offre une vue de la façade de l’École des mines de l’Université Laval, lors de l’inauguration officielle de l’édifice sur le boulevard de l’Entente.

La scène comparative dans la galerie au bas de l’article date du 28 août 2020. L’immeuble de l’ex-École des mines est aujourd’hui annexé au Cégep Garneau.

Fruit de la décentralisation de l’Université Laval

L’École des mines remonte à ses origines aux années 1920. Comme l’explique Richard Leclerc dans sa publication Le campus de l’Université Laval : lieu de modernisation d’une institution universitaire catholique et du Québec, l’institution a grand besoin à cette époque de nouveaux espaces pour loger l’École supérieure de chimie, noyau de la future Faculté des sciences. Cela entraînera la déconcentration des activités de l’Université Laval hors du Vieux-Québec où elle a vu le jour en 1852 :

« En 1925, l’École supérieure de chimie est érigée sur la terrasse Dandurand à Sainte-Foy et en bordure du boulevard de l’Entente […]. Quelques années plus tard, soit en 1941, c’est au tour de la nouvelle École des mines de s’installer sur son flanc est. »

Le pavillon Irma-Levasseur. 28 août 2020.
Crédit photo: Jean Cazes

Le magnifique immeuble du boulevard de l’Entente a hébergé l’École des mines jusqu’à ce qu’elle soit relocalisée non loin, dans l’actuelle Cité universitaire dont les travaux de construction ont été lancés en 1947.

Au début des années 1980, le Cégep François-Xavier-Garneau a fait l’acquisition de l’édifice, qu’occupait alors le ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, pour le rénover au coût de quelque 7 M $. Inauguré en 1986, le pavillon Irma-Levasseur abrite entre autres aujourd’hui les Techniques d’hygiène dentaire et leur clinique, de même que les Techniques policières.

Des joyaux de notre patrimoine urbain

Le pavillon Irma-Levasseur est l’un de la cinquantaine d’immeubles inventoriés dans l’étude « Le patrimoine architectural du quartier Saint-Sacrement à Québec », déposée à la Ville en 2012 dans l’intention de conserver et mettre en valeur l’héritage culturel du quartier.

Identifié également dans l’étude, l’édifice de l’ex-École supérieure de chimie, pour sa part, a été annexé au cégep en 1983. Le pavillon Jacques-Marquette (qu’on peut voir dans la galerie de photos) héberge notamment le programme de Baccalauréat international.

Article précédent illustrant la décennie 1940 : Montcalm dans les années 1940 : la rue Jeanne-d’Arc.

En savoir plus sur...