Saint-Sacrement dans les années 1970 : intersection chemin Sainte-Foy et avenue Marguerite-Bourgeoys | 8 novembre 2020 | Article par Jean Cazes

Intersection avenue Marguerite-Bourgeoys et chemin Sainte-Foy. 1978.

Crédit photo: Archives de la Ville de Québec

Saint-Sacrement dans les années 1970 : intersection chemin Sainte-Foy et avenue Marguerite-Bourgeoys

La série « Saint-Sacrement dans les années 1970 » revisite le passé du quartier à travers des images d’archives de diverses sources.

Publicité

Provenant des Archives de la Ville de Québec et tirée d’une diapositive, la photo d’époque en tête d’article date du 25 avril 1978. Elle illustre le chemin Sainte-Foy en direction est, à l’intersection de l’avenue Marguerite-Bourgeoys.

Cette capsule historique est complémentaire à la précédente illustrant à la même date cette intersection, mais cette fois en direction opposée. La scène comparative dans la galerie en fin d’article date du 10 octobre 2020.

Sur la gauche de la photo d’archives, apposée sur la façade du bâtiment qu’occupe aujourd’hui un Sushi Shop, une grande annonce d’une marque de cigarettes attire l’attention : ce type de publicité extérieure, faut-il le rappeler, est interdit depuis 1997. Toujours au premier plan, on devine sur la droite une ancienne station service Esso sur un site de nos jours inoccupé.

Le Samuel-Holland : un projet avant-gardiste

La place Samuel-Holland en construction. 16 janvier 1975.
Crédit photo: Archives de la Ville de Québec

En arrière-plan de la photo d’époque, le Samuel-Holland domine le paysage urbain. Dans son article « Une ville dans la ville » qu’il a signé pour Le Soleil au début de la pandémie, François Bourque résume l’histoire des six tours d’habitation « reliées par des passerelles et un mail de commerces, services et bureaux » où habitent quelque 1000 résidents.

« Le projet de Cité-Parc Samuel-Holland (du nom de Samuel Johannes Holland, membre du corps des ingénieurs de la couronne britannique) qui incluait alors un hôtel [Sheraton], fut mis en chantier au printemps 1970. Une architecture de béton aux lignes répétitives et sans ornements, qu’on associe au courant moderne ″brutaliste″. […] Il s’agissait d’un projet avant-gardiste avec en un même lieu une grande mixité d’usages : habitation, travail, loisirs, commerce, vie sociale, parc et espaces publics. Une mixité qui contribue à la qualité de vie et bonifiée par le transport en commun à la porte, l’hôpital en face, la proximité des commerces du chemin Sainte-Foy. »

Avec ses 24 étages, la tour principale – que devait occuper à l’origine l’hôtel –, est classée au huitième rang des plus hauts immeubles de Québec selon le site Skyscraperpage.

Archives de la Ville de Québec

À l’exemple de la photo ci-haut, la plupart des images archivées de la Ville de Québec sont accessibles en ligne. On peut en faire la diffusion sans licence et sans frais en utilisant les vignettes estampées au logo de la Ville et en citant correctement les sources.

Vous habitez, ou vous avez déjà demeuré au Samuel-Holland? Vous aimez le style d’architecture de l’ensemble? N’hésitez pas à nous faire part de vos commentaires!