Montcalm dans les années 1960 : rue Crémazie, près de l'avenue Cartier | 25 juillet 2021 | Article par Jean Cazes

La rue Crémazie Ouest en 1966.

Crédit photo: Intersection rue Père-Marquette

Montcalm dans les années 1960 : rue Crémazie, près de l'avenue Cartier

La série « Montcalm dans les années 1960 » revisite le passé du quartier à travers des images d’archives de diverses sources. Celle d'aujourd'hui met en vedette la rue Crémazie.

Publicité

Provenant des Archives de la Ville de Québec, cette photo d’époque tirée d’un négatif remonte au 1er avril 1966. Elle illustre l'intersection de la rue Crémazie et de l'avenue Cartier dans le quartier Montcalm. On y voit des voitures stationnées, des passants et une tabagie.

Dans la galerie au bas de l’article, en direction est, cette scène a été revisitée le 17 juillet 2021.

Une institution de Québec

L'Annuaire Marcotte de 1966 identifie les commerces qu'on devine à l'avant-plan de la photo en vedette.

Le barbier Alphonse Giguère, réputé comme étant le plus vieux salon de barbier de Québec, opère toujours sous le nom de Salon Giguère, près d'un siècle après avoir vu le jour. Quant à l'espace jadis occupé par la tabagie Delisle, il a fait place, en 2010, à la première succursale québécoise de Frite Alors! Sujet d'un précédent reportage, une deuxième succursale a maintenant pignon sur rue dans Limoilou.

Rue Crémazie Ouest. 17 juillet 2021.
Crédit photo: Jean Cazes

Un peu de toponymie

Cette section de la rue Crémazie était connue sous le nom de rue Lee, avant qu'elle soit dénominée le 20 avril 1917, souligne-t-on en introduction dans la section Toponymie du site de la Ville de Québec. Le nom de cette rue rend hommage à l'écrivain et poète Octave Crémazie (1827-1879), natif de Québec :

« Il y fonde, en compagnie de son frère, la librairie J. & O. Crémazie qui s'établit côte de la Fabrique. Vers 1860, l'arrière-boutique de la librairie est un lieu de rencontres littéraires auxquelles participent entre autres François-Xavier Garneau. [...] L'écrivain produit des œuvres poétiques inégales centrées sur des thèmes patriotiques. [...] Voulant échapper à ses créanciers de Québec, Crémazie s'exile en France en 1879 où il s'éteint. Ses Oeuvres complètes sont publiées à Montréal en 1883. Ardent nationaliste, Crémazie est l'un des fondateurs de l'Institut canadien de Québec. »

Archives de la Ville de Québec

Comme la photo de l'en-tête, la plupart des images archivées de la Ville de Québec sont accessibles en ligne. On peut en faire la diffusion sans licence et sans frais en utilisant les vignettes estampées au logo de la Ville et en citant correctement les sources.

Vous avez des souvenirs ou des informations à partager sur les commerces d'époque de ce coin de la rue Crémazie Ouest, en particulier le Salon Giguère? N’hésitez pas à le faire sur notre page Facebook!

Lire l’article précédent de la série : Montcalm dans les années 1960 : le chemin Sainte-Foy au niveau de l'avenue Casot.