À quand la requalification du secteur Belvédère?

secteur_belvedereNégligé pendant de nombreuses années, le secteur avoisinant l’intersection de l’avenue Belvédère et du boulevard René-Lévesque pourrait être appelé à connaitre des changements majeurs au cours des prochaines années. Au plus grand bénéfice de ses résidents!Ce secteur, que je nommerai secteur Belvédère, dispose d’un statut ambigu. À cheval entre les quartiers de Montcalm, de Saint-Sacrement et de Sillery, ce secteur ne fait pas partie à part entière de l’un ou l’autre de ces quartiers, le sentiment d’appartenance des résidents de ceux-ci se rapportant davantage à l’avenue Cartier, au chemin Ste-Foy ou à l’avenue Maguire. Pourtant, ce secteur revêt plusieurs des éléments requis pour devenir un lieu où pourrait s’articuler une vie de quartier dynamique.Tout d’abord, il se situe à bonne distance des autres avenues commerciales. Il y a là un vide à remplir, un point de référence pour les résidents du secteur à bâtir. De plus, le secteur Belvédère dispose déjà de plusieurs commerces sur lesquels une requalification pourrait s’appuyer. Quelques terrains sont d’ailleurs disponibles pour venir accroire cette offre commerciale. À commencer par le stationnement de l’ancien Club Vidéotron. Situé directement à l’intersection de l’avenue Belvédère et du boulevard René-Lévesque, ce terrain pourrait accueillir un bâtiment de gabarit moyen avec un rez-de-chaussée commercial, ce qui viendrait consolider la vocation commerciale, ainsi que la trame urbaine.Une vie de quartier ne s’articule toutefois pas qu’autour de commerces. Il y a quelques années, le secteur a vu disparaitre le YMCA. Une lourde perte à mon avis. Les bâtiments pouvant accueillir des activités sociales et communautaires se faisant rares dans le secteur, le conseil de quartier de Montcalm a été avisé de refuser la demande de conversion de l’ancienne école Saint-Martyrs en habitations.Il ne faut pas se le cacher, pour assurer la vitalité de cette nouvelle offre commerciale et de services, le secteur gagnerait également à augmenter sa population. Deux importants projets immobiliers, l’un près des Jardins de Mérici et l’autre sur le domaine Saint-Dominique et comptant en tout et partout non loin de 500 unités d’habitations, se profilent à l’horizon. Bien que cette population puisse être d’un apport important pour l’économie locale, l’intégration harmonieuse dans le voisinage de ces projets constitue toutefois tout un défi!L’un des avantages majeurs de ce secteur est également de se trouver à la jonction entre la haute-ville et la basse-ville, de jouir d’une excellente desserte en transport en commun, en plus d’être un lieu de correspondance important. La qualité de la desserte en transport en commun dans le secteur pourrait venir par ailleurs atténuer l’arrivée de nouveaux résidents qui pourraient être nombreux à opter pour ce mode de transport plutôt que pour la voiture. La proximité du corridor cyclable Père-Marquette n’est pas non plus à négliger.Alors que les projets avoisinant le secteur Belvédère sont nombreux et que plusieurs autres seront certainement à venir, il est étonnant que la Ville de Québec ne se soit pas déjà donné un cadre pour orienter le développement qui s’y fait. Une étude de requalification a été réalisée il y a quelques années, mais ses conclusions ne semblent pas être suffisamment conformes aux volontés de l’administration municipale. Or, justement que souhaite-t-elle pour ce secteur? Les citoyens aimeraient savoir.

Soutenez votre média

hearts

Participez au développement à titre d'abonné et obtenez des privilèges.

hearts
Soutenir