Chaînes alimentaires: exposées

chaines_alimentairesUn travailleur social devenu chef et propriétaire de son propre service de traiteur à Québec, Charles Savard Chef Biscornu n’a pas pour autant abdiqué ses préoccupations sociales. Bien au contraire! À titre de Chef, il estime être dans une position privilégiée pour témoigner de certaines réalités de la consommation et nous sensibiliser, nous, les consommateurs, à penser plus et à faire mieux pour notre planète.C’est en partie ce qui a inspiré son tout dernier projet, Chaînes alimentaires, une exposition réalisée en collaboration avec le photographe Mériol Lehmann, dont il appréciait le regard artistique décalé sur Québec. Le tandem s’est éloigné du confort de la cuisine afin de se rendre en six lieux qui illustrent des facettes de notre rapport contemporain (et disjoncté!) à l’alimentation : perte, gaspillage, surconsommation, déserts alimentaires, pollution… Ils y ont produit autant d’œuvres sensibles en exploitant une même formule narrative.Couronné de son chapeau cornu surdimensionné, le Chef biscornu a posé en face d’une gare de triage, dans un champ de maïs encore plein d’épis après les récoltes, non loin de l’incinérateur de Québec, et même dans le stationnement d’un Costco. Dans chaque photo, on retrouve ce personnage un brin provocateur, les bras croisés, debout à côté d’une table dressée pour deux, mais vide.Un fervent admirateur des artistes engagés, Charles Savard ne désire pas s’identifier à eux outre mesure, quoiqu’il trouve dans son personnage caractériel une liberté d’expression reconquise. « Je ne suis pas un artiste. Je suis un chef et un entrepreneur. Je ne veux pas choquer les gens ou leur dire quoi faire, mais j’espère que la présence du personnage du Chef biscornu va susciter la réflexion et qu’à partir de là, les gens vont trouver leurs propres solutions. »Le vernissage de cette exposition unique en son genre aura lieu le jeudi 23 octobre prochain à compter de 18h00 au Centre de l’environnement Frédéric Back. Les invités auront l’occasion de voir les œuvres et d’échanger avec les Amis de la Terre qui seront sur place pour parler du programme Sauve ta bouffe et assister à un petit show de musique amical. Avis aux amateurs d’art : vous aurez dès lors l’occasion de vous y procurer l’une des œuvres, en édition limitée.Si vous ne pouvez vous rendre au vernissage, sachez que l’exposition y sera affichée pendant un mois. Le duo espère ensuite la faire rouler ailleurs à Québec.