Il y a 100 ans débutait la Première Guerre mondiale

expo_centenaire_premiere_guerre_mondialeL’exposition sur le centenaire de la Première Guerre mondiale se tient au Cégep Garneau jusqu’au 28 novembre. Le Canada a envoyé 600 000 soldats dans cette guerre des tranchées et environ 66 000 d’entre eux ne sont pas revenus au pays. Lorsqu’on commence la visite, on se retrouve dans une tranchée reconstituée. Le peu de luminosité et les panneaux qui racontent la vie des soldats en première ligne nous transportent parmi eux. On imagine très bien l’horreur qu’on put vivre ces hommes au milieu de la boue, des rats, de la maladie, des duels d’artillerie et des attaques de gaz.Dans une lettre, un soldat allemand de 23ans, Christian Bordeching écrit le 21 mai 1916 : «Quand vient le vent du nord avec son épouvantable odeur de putréfaction ou avec la puanteur des grenades de souffre ou de phosphore et quand le feu de batterie reprend, nos nerfs sont remis à rude épreuve, ce qui nous déclenche des états de désespoir.»Les soldats passaient en moyenne 15 jours dans les tranchées, dont cinq en première ligne, puis ils avaient droit à une permission. Lors de la bataille de Verdun, les hommes sont restés 21 jours en première ligne. Les Allemands et les Français avaient une vision différente de l’utilisation des tranchées. Alors que les Allemands y voyaient un endroit défensif, les Français s’en servaient pour passer à l’offensive.«Nous voulions faire un travail de commémoration pour célébrer le centenaire parce que les jeunes ne connaissent pas vraiment cette guerre. Dans les livres d’histoire, on parle surtout du nationalisme canadien», a expliqué le responsable de l’exposition Denis Leclerc.

Le 22e bataillon canadien-français

Pour participer à la Première Guerre mondiale, les canadiens-français exigent un bataillon entièrement francophone. Le 15 octobre 1914, le 22e bataillon financé par un médecin montréalais est créé. En décembre, le bataillon compte 1024 soldats et officiers. Ils partiront pour l’Angleterre le 20 mai 1915. Le 22e bataillon participe à plusieurs batailles, Ypres en 1915, Mont Sorrel, La Somme et Courcelette en 1916 et Vimy en 1917. La bataille de Vimy est importante pour les Canadiens et les soldats de l’Entente puisqu’il s’agit de la bataille qui changera le cours de la guerre. Au total, 5584 soldats auront appartenu à ce bataillon dont 902 sont morts au combat.À noter que Georges Vanier était l’un des officiers fondateurs du 22e bataillon en 1914. Après avoir perdu une jambe dans le premier conflit, il a commandé le Royal 22e Régiment de 1924 à 1928. Cette unité d’infanterie deviendra en 1921 le Royal 22e Régiment, dont le siège est situé à Québec.Le conflit de 1914 à 1918 opposa l’Allemagne et l’Autriche-Hongrie rejointes par la Turquie (1914) et la Bulgarie (1915) à la Serbie, la France, la Belgique, la Russie et la Grande-Bretagne alliées au Japon (1914), l’Italie (1915), la Roumanie et le Portugal (1916), les États-Unis, la Grèce, la Chine et plusieurs États sud-américains (1917).La Première Guerre mondiale a été déclenchée par l’assassinat de l’archiduc héritier François-Ferdinand de Habsbourg à Sarajevo par un jeune nationaliste Serbe Gravrilo Princip le 28 juin 1914. Cependant les tensions entre les pays étaient déjà croissantes avant cet évènement qui a embrasé l’Europe. L’Allemagne a été reconnue coupable de cette guerre.Si la Grande Guerre a été particulièrement meurtrière, elle a aussi apporté de nombreuses innovations aussi bien dans le domaine médical que militaire. Les femmes ont aussi grandement participé à l’effort de guerre.