La face cachée des ruelles

  ruelle

Souvent délaissées, parfois mal aimées, les ruelles des quartiers Montcalm et Saint-Sacrement sont méconnues en comparaison de leurs consœurs du Vieux-Limoilou. Utilisées comme aires de jeux pour les enfants, espaces de vie extérieurs avec plante-bandes ou zones de stationnement, celles-ci présentent un potentiel d’aménagement très intéressant. Partons à leur découverte!

Les ruelles tirent leur origine dans le développement urbain de la seconde moitié du XIXe et du début du XX siècle. Les grandes compagnies immobilières les intégraient à leur lotissement en arrière des lots d’abord pour des raisons utilitaires comme l’accès aux garages ou encore le dépôt des poubelles. Leur aménagement était donc la plupart du temps purement fonctionnel. Enfin, dans les années 60, l’utilisation de plus en plus répandue de l’automobile entraîne un élargissement des ruelles qui deviennent souvent de simples stationnements, contribuant à leur lente dégradation.

La situation actuelle des ruelles est complexe à Québec. En effet, en raison des faillites ou des fermetures des grandes compagnies immobilières, elles n’appartiennent en grande partie… à personne! Légalement, les ruelles sont sous la tutelle du Curateur public du Québec. L’an passé, la ville de Québec a refusé de les racheter, même pour la symbolique somme d’un dollar, pour éviter de les entretenir ou les déneiger l’hiver. Les ruelles de Québec demeurent donc orphelines, coincées dans un flou juridique. Néanmoins, rien n’empêche les citoyens de se les réapproprier.

Un grand potentiel de réappropriation

ruelle1Le verdissement des ruelles est l’un des moyens pour redonner une seconde vie aux ruelles des quartiers centraux des villes. La végétalisation améliore en effet la qualité de l’air et réduit le phénomène des îlots de chaleur urbains. La Ville de Québec a par ailleurs adopté un programme en ce sens en 2004. Le Règlement sur le programme d’intervention et de revitalisation environnementale pour le réaménagement des ruelles de l’arrondissement de La Cité-Limoilou propose des mesures intéressantes pour notamment améliorer et faire la réfection de l’infrastructure de celles-ci.

La mesure phare du programme est une subvention municipale aux requérants de 75 % du total des coûts des travaux admissibles exécutés sans toutefois dépasser 60 000 $. Les travaux admissibles comprennent notamment la plantation d’arbres et de plantes ainsi que les aménagements favorisant la gestion écologique des eaux pluviales. Pour aller de l’avant avec un tel projet, l’accord de la moitié des propriétaires riverains de la ruelle est cependant nécessaire.

En guise de conclusion, force est de constater que les ruelles des quartiers Montcalm et Saint-Sacrement ont, malgré un flou artistique sur leur appartenance, un charme indéniable dans certains cas. N’hésitez pas à les emprunter le temps d’une promenade pour découvrir la face cachée de vos quartiers.