140 ans de la YWCA : Travailler pour et avec les femmes : « Y goûter c’est l’adopter »

À l’occasion des 140 ans de la YWCA, on fait connaissance avec la directrice générale de cette organisme qui apporte tant d’aide aux femmes, Katia de Pokomandy-Morin. Psychologue de formation, Katia de Pokomandy-Morin a atterri dans le milieu communautaire et l’aide aux femmes un peu par hasard, mais aujourd’hui elle ne voudrait plus en sortir. Elle nous parle des succès de l’organisation et de ses coups de coeur du quartier Saint-Sacrement.Katia de Pokomandy-Morin a toujours été au fond d’elle même une leader. Si adolescente, elle était plutôt réservée et qu’elle se cherchait, les choses ont bien changé depuis qu’elle est adulte. Parce que pour gérer un organisme comme la YWCA, il en faut du leadership pour convaincre les différents partenaires publics et privés de continuer à contribuer malgré les difficultés économiques et les coupures.En poste depuis octobre 2012, la directrice générale a toujours eu la cause des femmes à coeur. Avant de rejoindre la YWCA, Katia de Pokomandy-Morin a travaillé comme directrice pour une maison d’hébergement pour femmes victimes de violences conjugales et comme coach de vie spécialisée dans le leadership des femmes.« Pour moi, c’est important de continuer à faire avancer la cause des femmes et de pouvoir le faire à une plus grande échelle via la YWCA, c’est très gratifiant. Amener les femmes à aller vers le meilleur d’elle-même est pour moi une mission », confie Katia de Pokomandy-Morin.Selon madame Pokomandy-Morin, il y a eu de l’avancement pour aider les femmes. Et si les succès sont très nourrissants, il y a encore beaucoup de travail à faire.« Quand les femmes arrivent ici, elles vont regarder par terre et à un moment donné c’est comme des fleurs qui se déploient, elles vont se redresser, elles sont plus rayonnantes. Elles vont venir nous saluer. Même chose pour les femmes qui suivent des programmes ici et qui viennent nous dire que ça leur apporte du succès », affirme la directrice de la YWCA.Katia de Pokomandy-Mori a habité  le quartier Saint-Sacrement et en a de très beaux souvenirs.« C’est un quartier où on peut tout faire à pied et où il y a des arbres. J’aime aussi sa mixité avec les belles maisons et les blocs appartements. »Ses coups de cœur : La Girolle, la Boule Miche, Ryna, Rêve de chocolat et il y a Le Sacrement qu’elle a hâte d’aller découvrir. Ses collègues y sont allées sans elle et ont adoré.Prochain article : 140 ans : Les défis de la YWCA

Soutenez votre média

hearts

Participez au développement à titre d'abonné et obtenez des privilèges.

hearts
Soutenir