Buffet « chinois » printanier

illustration

Le printemps provoque un sentiment collectif d’exaltation. Après des mois de froideur et de noirceur prématurée, ce changement de saison est une véritable bénédiction. Comme la lumière au bout d’un long tunnel « frette », le printemps transporte avec lui les promesses d’un bonheur renouvelé et fait miroiter un avenir où, sous les premiers rayons du soleil qui caressent et réchauffent notre peau, tout est possible.

Oui. Ce sentiment de renaissance m’habite quand je me promène dans les rues de mon quartier Montcalm adoré. Je me balade sur l’avenue Cartier et je regarde avec bonheur les premiers clients des terrasses qui arborent tous un sourire sur lequel la lumière du soleil réfléchit. Leur visage affiche cette expression de plénitude et de bien-être que seul un Québécois qui a passé quatre mois à « se les geler » peut afficher.

J’ai l’impression de léviter, transportée par cette joie collective qui émane de mes concitoyens. Il fait beau, le ciel est bleu, « les bourgeons sortent de la mort. Papillons ont des manteaux d’or » que je chante dans ma tête, où résonne la douce voix de Félix… Jusqu’à ce que – parce que transportée par mon hymne printanier intérieur — je pose par mégarde le pied sur une crotte de chien qu’un propriétaire a cru bon de ne PAS ramasser cet hiver. Peut-être pensait-il que, comme la neige, elle disparaitrait au printemps. Et bien, au risque de le décevoir : NON, le caca de chien ne fond pas. Il se fige plutôt en artéfact de la négligence répétée de nombreux maîtres paresseux.

Ayant moi-même un chien – dont le caractère est défectueux, mais dont les fonctions intestinales sont « A-1 » — j’ai quotidiennement à ramasser ce qui, pour lui, constitue un « beau cadeau ». Quand il finit de faire ce qu’il a à faire, il me regarde avec une fierté non dissimulée dans les yeux, un peu comme s’il me disait : « Je suis bon hein? J’ai encore réussi! Ramasse astheure! »

Malgré ce qu’en pense mon chien, ce n’est franchement pas une tâche agréable. Cependant, jusqu’à ce que les croisements génétiques nous donnent des toutous dont les cacas s’autonettoient ou que César Milan finisse par nous dire comment notre meilleur ami peut utiliser les toilettes de la maison, il faut s’y faire. On doit donc se pencher, se pincer le nez, traîner nos petits sacs de plastique et, comme des citoyens un tant soit peu responsables, ramasser le caca de Fido.

Et il n’y a pas que les « cadeaux » de Brutus qui survivent à l’hiver. Le sens aiguisé de l’odorat de mon propre Ti-Rat m’amène à voir en détail tout ce que le blanc immaculé de la neige a dissimulé des mois durant. Un bien triste éveil de la nature qui témoigne de notre négligence à prendre soin de notre environnement. Mégots de cigarettes, bouteilles vides, restes du dîner du 4 février que le froid a préservé et qui « reprend vie » au dégèle de mai… un véritable « buffet chinois pour chien »!

Notre quartier, c’est notre milieu de vie. Nous, citadins, n’avons pas de grande cour arrière pour nous prélasser les après-midis de fin de semaine. Nos rues, nos trottoirs et nos parcs constituent notre terrain à tous. Les amoureux y font des pique-niques, les enfants y jouent, les flâneurs y font la sieste ou y lisent un livre… Une grande cour commune où, pour cohabiter harmonieusement, chacun doit faire sa part. Alors à « GO », on se penche, on se pince le nez et on ramasse! GO!

Et profitez bien du printemps!