Nouveau report pour la maison de chambres : « C’est de l’abus de pouvoir » lance Yvon Bussières

maison_chambresPour la deuxième fois, le conseil d’arrondissement de la Cité-Limoilou a enlevé lundi soir de l’ordre du jour le sommaire sur la demande de zonage pour la maison de chambres située au 1165 chemin Sainte-Foy à la demande de la conseillère municipale de l’Équipe Labeaume, Chantal Gilbert.Yvon Bussières était furieux du nouveau report demandé par une conseillère de l’Équipe Labeaume lors de la séance du conseil d’arrondissement de la Cité-Limoilou. Selon le conseiller municipal du district de Montcalm-Saint-Sacrement, il s’agit d’un abus de pouvoir de la part du parti majoritaire et qu’il n’y a aucune raison de ne pas voter sur la demande de changement de zonage.Rappelons qu’il y a quelques jours, le Comité maison de chambres de Québec a rendu public son rapport d’étude « Vivre en maison de chambres dans la ville de Québec : portrait, expériences et enjeux » qui selon monsieur Bussières révèle et explique les problématiques d’une maison de chambres comme celle située dans le quartier Saint-Sacrement.Chantal Gilbert, responsable de l’habitation et du logement social à l’exécutif de la Ville, s’est justifiée en soulignant qu’on ne pouvait pas mettre 35 personnes à la rue sans trouver une solution de rechange et qu’il fallait un peu plus de temps pour étudier la question.

« On est en train de trouver des solutions très intéressantes avec un organisme pour éviter que 35 personnes se retrouvent à la rue et soient délogées. Si le problème vient des propriétaires, les solutions doivent aussi passer par les propriétaires. Les maisons de chambres sont essentielles et légitimes pour certains citoyens à une période de leur vie », a déclaré Chantal Gilbert.

Un citoyen du quartier Saint-Sacrement a manifesté son désappointement face à la décision des conseillers de l’Équipe Labeaume de voter le report.

« Ça ne donne pas envie aux citoyen de suivre la politique municipale et d’y participer. De mon point de vue de citoyens, ça fait petite politique », a affirmé Marc Julien « C’est de l’abus de pouvoir et ça n’a pas de sens. Vous n’écoutez pas les citoyens et ce n’est pas rendre service à ces citoyens de les mettre dans une maison de chambres de 55 chambres », a-t-il ajouté.

« Ce n’est pas démocratique »

Geneviève Hamelin a répondu à Monsieur Bussières en rappelant qu’ils sont tous des élus et qu’ils doivent tous se prononcer.

« C’est nous qui prenons les décisions et qui sommes imputables devant les citoyens. Et même si le conseil de quartier de Saint-Sacrement a voté contre la demande de changement de zonage, ce n’est pas lui qui décide, il n’a qu’un rôle consultatif. Ni les 25 personnes qui étaient présentes à la consultation publique qui vont décider du sort de 35 personnes », a dit Madame Hamelin.

La conseillère de l’opposition, Anne Guérette, a pris la défense de son collègue : « Ce n’est pas démocratique, les citoyens se sont prononcés et le conseil de quartier a voté une recommandation. Ce n’est pas normal de repousser la décision », s’est-elle exclamée.À la fin de la séance, la présidente du Conseil d’arrondissement, Suzanne Verreault a appuyé les propos de madame Gilbert tout en avouant qu’elle trouvait que 55 chambres c’était trop.Le conseil d’arrondissement se prononcera sur la demande de zonage lors de la prochaine séance.À lire sur le même sujet : Vivre en maison de chambres : De nombreux problèmes confirment un rapport d’étude

Soutenez votre média

hearts

Participez au développement à titre d'abonné et obtenez des privilèges.

hearts
Soutenir