Matéo et la suite du monde – La vie comme elle est

Mateo_suite_monde

Matéo et la suite du monde, une pièce audacieuse, profonde et touchante. Coproduite par La Bordée et Entr’actes, elle nous plonge dans le quotidien d’une personne vivant avec le syndrome d’Asperger. L’œuvre Pour la suite du monde de Pierre Perrault et Michel Brault, y est utilisée comme motif à la profonde crise identitaire que traverse Matéo.

Pour avoir assisté, au printemps dernier, à l’événement théâtral Hiéroglyphe présenté dans le cadre du Carrefour international de théâtre de Québec, j’étais heureuse de renouveler l’expérience avec ce théâtre atypique. J’avais donc un grand intérêt pour cette pièce défiant les conventions, et dans laquelle je retrouvais un comédien que j’avais aimé découvrir, Mathieu Bérubé-Lemay.Ayant des difficultés à interpréter les signes émanant de son environnement, maladroit dans ses interactions sociales, Matéo, alias Mathieu Bérubé-Lemay,  est perçu comme une personne peu réceptive, voire égocentrique, exprimant un engouement démesuré pour le documentaire. En commençant un cursus universitaire en cinéma, il verra sa routine bouleversée en même temps que le quotidien de ses proches. Un nouvel ordre du monde s’organise autour et en dedans de lui. Ce chaos, qu’il vit et regarde à travers l’objectif de sa caméra, finira pas le rattraper, par l’engloutir et le figer.Cette pièce n’aurait pas été aussi solide sans la présence du comédien Jack Robitaille qui livre une performance extraordinaire. La justesse de son jeu et sa présence scénique forte ont su me ramener après des scènes aux performances moins incarnées, et où je sentais la magie diminuer.Le décor imaginé pour la pièce supporte bien le jeu des comédiens qui sont amenés à évoluer dans des environnements et des ambiances complexes, où le tangible et l’intangible cohabitent, entremêlant  parfois le réel et l’imaginaire.Texte et mise en scène de Jean-François F. Lessard.Matéo et la suite du monde se poursuit jusqu’au 13 février 2016, au Théâtre la Bordée avec Entr’actes