Un résident du quartier Montcalm directeur de la SDC Montcalm

Jean Pierre Bedard directeur de la SDC Montcalm

La Société de développement commercial (SDC) de Montcalm a un nouveau directeur général, Jean-Pierre Bédard. Issu du milieu culturel, ancien directeur adjoint du CLD de Québec et résident du quartier Montcalm, le nouveau DG aura à cœur de créer un véritable sentiment d’appartenance autour de la signature du quartier Montcalm, le Quartier des arts aussi bien chez les commerçants que chez les résidents.

Le quartier Montcalm est bien représenté dans le domaine culturel avec le Musée national des beaux-arts du Québec (MNBAQ), les théâtres comme le Périscope et Premier acte, les galeries d’art telles que la Galerie d’art Uno, les bars-restaurants qui proposent des soirées musicales, tels que le Pub Galway ou la Scala, sans oublier les nombreux artistes qui vivent dans le quartier et le cinéma Cartier. Mais il manque encore un petit quelque chose pour en faire un véritable quartier des arts et il s’agit du premier défi auquel va s’attaquer le nouveau directeur général de la SDC Montcalm.

« Pour y arriver, il faut avoir une présence plus ostentatoire de l’ensemble de ces disciplines [culturelles] sur les artères commerciales pour vraiment faire en sorte qu’on s’imprègne de cette présence artistique sur le territoire », affirme Jean-Pierre Bédard.

Monsieur Bédard concède aussi que le sentiment d’appartenance à la signature, Quartier des arts, est à développer chez les commerçants et les citoyens du quartier Montcalm. Il souhaite d’ailleurs que les résidents puissent s’exprimer à travers des actions artistiques sur leur propre terrain privé.

Des irritants qui s’estompent, mais encore bien présents

Ce sentiment d’appartenance est loin d’être gagné en particulier chez les commerçants. Avec la création de la SDC il y a quelques années, l’ensemble des commerçants de l’axe commercial a été obligé d’y adhérer ce qui n’était pas le cas quand il s’agissait d’une association. Pour beaucoup, cette obligation est devenue un irritant et certains refusent de payer leur cotisation qu’ils voient comme une taxe supplémentaire sans en tirer de bénéfices. Jean-Pierre Bédard en est conscient. Il espère que les prochaines actions menées par la SDC permettront à chacun des membres de pouvoir s’y retrouver et d’y voir les avantages.Chez les résidents, la crainte est de voir le quartier Montcalm se transformer en Vieux-Québec et la perte de la tranquillité. Selon Jean-Pierre Bédard, les résidents n’ont pas à avoir peur et la SDC ne souhaite pas attirer la totalité des touristes dans Montcalm.

« En choisissant une signature ciblée, on a une niche pointue qui va permettre d’attirer seulement une partie des touristes, ceux qui sont attirés par l’art et la culture et devenir un quartier de destination pour une partie d’entre eux. »

Autre point où il y a encore du travail, les stationnements. Cependant, un sondage mené en septembre dernier par la SDC avec 800 répondants démontre que le taux d’insatisfaction est en baisse. Il est de 11 % contre 20 % en 2011.« Il y a beaucoup d’espace de stationnement, mais il faut améliorer la signalisation. Il pourrait avoir peut-être prochainement une proposition à la ville pour utiliser des bornes interactives qui permettent d’identifier les stationnements et le nombre de places disponibles. »Monsieur Bédard pense aussi que les mentalités sont en train de changer et de plus en plus de gens utilisent les transports en commun et les transports actifs pour venir au centre-ville. Malgré tout, pour inciter les gens à utiliser le vélo, il faut pouvoir les stationner. Le nouveau directeur général de la SDC avoue qu’il y a des choses à faire pour que les cyclistes sentent qu’ils sont bien accueillis dans le quartier.

De nombreuses activités à venir dans le quartier

Plusieurs activités sont prévues sur l’avenue Cartier dans les prochains mois. On commence avec le défilé de la Saint-Patrick le 17 mars, sortez vos couleurs vertes. Puis les abat-jour géants feront peau neuve au printemps avec deux autres artistes québécois en lien avec le MNBAQ qui remplaceront Alfred Pellan et Fernand Leduc. Monsieur Bédard n’a pas voulu divulguer les prochains artistes qui seront annoncés sous peu. L’inauguration devrait avoir lieu le 19 mai.Les nouveaux abat-jour seront prêts pour accueillir le pavillon Pierre Lassonde qui ouvrira ses portes le 24 juin. À cette occasion, il y aura un évènement sur l’avenue Cartier. Alexandre Fecteau a imaginé une sorte de marché en plein air abracadabrant, où les étals et les kiosques deviendront des galeries à ciel ouvert, des plateaux de danses ou encore des espaces de performances théâtrales ou musicales. La SDC en profitera pour mettre en place une nouvelle signalisation entre le musée et l’avenue Cartier afin d’attirer les visiteurs du MNBAQ chez les commerçants du quartier.Un peu avant la SDC tiendra son grand marché aux puces annuel le 4 juin. Marché qui attire plus de 20 000 personnes chaque année. La place publique au coin Cartier/René Lévesque sera inaugurée le 3 juillet. Les terrasses seront installées début juillet et c’est le retour aussi pendant le Festival d’été de Québec des Arts de la rue et de la Galerie urbaine.

Quelques questions en bref

Q : Quels genres de boutiques pourraient ouvrir dans Montcalm et occuper les locaux libres ?R : Selon un sondage mené par la SDC en septembre 2015, une boutique de vêtement pour hommes et une boutique de style 5-10-15Q : Quels sont vos passe-temps ?R : Je suis un amateur d’art contemporain, de théâtre, en particulier de création, ce qu’on retrouve au Périscope et à Premier acte, de cinéma de répertoire. Je fais beaucoup de plein air avec la marche et le vélo. On est très chanceux avec les plaines d’Abraham.Q : Quels sont vos coups de cœur ?R : Avant j’aimais aller chez Sillons et je trouve intéressant que le Parchemin du Roy prenne la place parce que c’est une boutique qui est un peu contre courant, mais je pense qu’il y a une attirance justement pour ce genre de commerce. J’aime aussi la façon dont Castelo et la Galerie d’art Uno ont mixé un espace pour l’art et un espace pour se détendre et boire un café.