Christophe Navel : « Nous avons besoin d’un mode de transport structurant » | 19 octobre 2017 | Article par Marine Lobrieau

Crédit photo: Marine Lobrieau

Christophe Navel : « Nous avons besoin d’un mode de transport structurant »

Monmontcalm vous présente les candidats dans le district de Montcalm-Saint-Sacrement aux élections municipales du 5 novembre. Aujourd’hui, Christophe Navel, candidat affilié au parti de Démocratie Québec, convoite son premier mandat. Il mise sur une économie forte et ciblée, une mixité intergénérationnelle à travers un projet inédit et un plan d’action en faveur de la mobilité intégrée.

Q : Pourriez-vous résumer votre parcours ?

R : En 1998, j’ai passé quatre mois en échange interuniversitaire avec l’Université Laval. La première approche avec le Québec était très intéressante, la manière de voir l’université et l’ouverture, j’ai vraiment accroché. Je suis retourné en France terminer mon DESS en management des organisations sportives. Puis, on m’a demandé de venir pour mettre en place un organisme social et éducatif en 2004 et j’ai commencé mon doctorat en éducation. Enfin, j’ai créé Véli Coursier, une entreprise de livraison écologique en milieu urbain. J’ai habité dans Saint-Sacrement, mais j’ai déménagé dans Sillery à un coin de rue où j’étais avant.

Q : Pourquoi solliciter un mandat ?

R : Ça m’intéressait de faire de la politique à Québec. Je me suis impliqué à travers mes initiatives entrepreneuriales pour faire rayonner l’aspect local. Mon but est de pousser mes idées et d’en faire bénéficier les citoyens. J’ai énormément de projets en tête pour la ville. Je me suis déjà impliqué en politique et présenté aux élections législatives en 2012 pour les personnes établies hors de France. Au municipal, nous sommes axés sur le quotidien des gens, le but est d’être à l’écoute.

Q : Pourquoi le choix de Démocratie Québec ?

R : Je me suis engagé dans ce district en étant au conseil de quartier de Saint-Sacrement, mais je me suis aperçu que nous n’avions pas beaucoup de poids. Notre conseil n’était pas forcément pris et relayé au bon niveau, ce qui a fait que j’ai quitté. Ça m’a frustré, donc j’ai intégré Démocratie Québec à partir de juin 2016 dans la perspective de devenir candidat pour un des districts et le choix s’est porté sur Montcalm-Saint-Sacrement.

Q : Quels sont les enjeux du district pour lesquels vous vous impliquez ?

R : Montcalm-Saint Sacrement est un des plus vieux quartiers au Canada. Les aînés sont très importants dans l’équation. Ensuite, c’est un quartier qui est vieillissant. Un renouvellement se fait, on voit de plus en plus de jeunes familles s’installer. Nous avons trois clientèles à prendre en considération, les aînés, les jeunes familles et les étudiants. Ces trois générations ne communiquent pas, elles ne se rencontrent presque jamais. Il y a un cloisonnement générationnel. Il faut dynamiser la vie de quartier par des événements récurrents et créer une mixité intergénérationnelle.

Beaucoup d’autres choses en découlent. Les aménagements des parcs pour en faire des lieux encore plus conviviaux. Également, des structures pour les jeunes qui sont nombreux ici et faire en sorte que la technologie intègre davantage le quotidien.

Puis, redynamiser la trame économique au niveau du chemin Sainte-Foy. Depuis quelques années, on voit un appauvrissement en matière de commerces. Il n’y a pas de dynamisme comme à Limoilou où il y a une véritable vie de quartier. Il faut faire en sorte d’apporter du renouveau.

Ensuite, la circulation et le transit. Il faut des mesures plus dissuasives, des aménagements urbains afin de garder la qualité et augmenter la sécurité et le bien-être des personnes. Qu’ils soient rassurés à vivre dans ce quartier et d’y rester.

Q : Quels seront vos engagements si vous êtes élu ?

R : Faire se côtoyer davantage les gens. Nous ce que l’on veut c’est de la vie ! Ce que l’on souhaite proposer va rejoindre le dynamisme économique, le tissage social et amener des événements culturels. Il est temps aujourd’hui d’avoir un vent nouveau avec plus de leadership, d’énergie et d’innovations tout en respectant ce qui existe, surtout le patrimoine et la qualité de vie. Il y a une réelle qualité de vie, les gens sont bien heureux d’être dans ce quartier.

Sécuriser les rues de transit, et que les aménagements apportés fassent en sorte que toutes les générations soient prises en considération. Que le piéton devienne prioritaire. À l’heure actuelle, la technologie permet de le faire. Être plus à l’écoute et plus attentif à ces clientèles vulnérables, les aînés et les enfants. C’est la même chose au niveau du déneigement.

Q : Concernant le transport en commun et la mobilité durable ?

R : Je suis le porte-parole de la mobilité intégrée. La démarche est d’intégrer dans un tout l’ensemble des moyens de transport, l’ensemble des moyens de se mouvoir, piétons, vélos, voitures, taxis, transports en commun, autopartage. Nous sommes pour la mise en place d’un tramway entre le centre-ville, Saint-Roch et Sainte Foy. Ne pas dire que l’on a besoin d’un transport structurant à Québec est un mensonge !

Il faut également penser à nos banlieues. Les personnes qui vivent loin doivent elles aussi avoir des pôles qui donnent envie de laisser la voiture pour se rendre au travail. Les aménagements doivent se positionner proche des axes pour avoir la meilleure efficacité possible. Ce que l’on souhaite, c’est régler les problèmes de congestion. Les solutions sont dans le développement de la mobilité intégrée. Il faut que l’automobiliste qui n’a pas d’autres choix que d’utiliser sa voiture, nous puissions lui proposer d’autres incitatifs, sans contrainte.