L’art s’invite à l’extérieur au MNBAQ

Le Musée national des beaux-arts du Québec (MNBAQ) a inauguré ce mercredi 5 juillet son tout nouveau parcours d’art public. A présent, ce sont 25 œuvres tirées de la collection du musée qui ornent les quatre pavillons du complexe muséal.

Le parcours offre la possibilité pour les visiteurs de s’initier à l’art au sein d’un espace public, de se rencontrer et de pouvoir interagir autour de lui. « L’art est un vecteur de cet échange et de cette communication, […] l’art est la avec nous, il vient à notre rencontre », précise la directrice et conservatrice en chef du MNBAQ, Line Ouellet.

En empruntant le parcours, il est ainsi possible de déambuler à côté de sculptures monumentales d’artistes tels que les célèbres tables de pique-nique déstructurées de Michel de Broin ou encore les pierres sculptées de Bill Vazan.

Interaction, découverte et art connecté

L’art côtoie la nature. La réalisation de Bernar Venet, Deux arcs de 245,5° chacun complète géométriquement la vue depuis la terrasse du musée. Selon Bernard Lamarche, conservateur de l’art actuel au MNBAQ, l’artiste détermine ainsi l’échelle et l’ampleur de ses arcs en fonction du site sur lequel il les expose.

Au fil de la visite, des hamacs suspendus à des arcs blanc lumineux devant le pavillon Pierre Lassonde offrent aux visiteurs la possibilité de se relaxer et de découvrir les différentes architectures sous un autre angle de vue. À la différence des autres œuvres du parcours, cette installation réalisée par deux jeunes architectes de LOT office for architecture intitulée Sky-line sera temporaire et visible jusqu’au 2 octobre 2017.

Le choix de la mise en scène des œuvres à l’extérieur du musée n’est pas anodin. Il faut ainsi conjuguer la taille des représentations, mais aussi leurs cohérences avec le milieu naturel. Pour que ce mélange fonctionne, il est nécessaire qu’il y ait « une interaction avec le site le paysage et parfois l’architecture », explique Bernard Lamarche. En ce sens, l’œuvre Liberté de Charles Daudelin joue avec son environnement grâce au verre en haut de sa structure et change au gré des luminosités.

Ce parcours est en construction depuis 1994. À l’avenir, l’intérêt du musée sera de procéder à de nouvelles acquisitions « pour compléter le parcours et ainsi représenter un éventail le plus large possible des propositions artistiques », souligne Bernard Lamarche.

Dans le but de peaufiner la visite, 22 œuvres sur les 25 à observer disposeront de stations équipées d’un média guide qui nous en apprend un plus sur la provenance de ces œuvres, le langage des artistes, et qui sera consultable via Internet.

Publicité

Pour en savoir plus ...

Soutenez votre média

hearts

Participez au développement à titre d'abonné et obtenez des privilèges.

hearts
Soutenir