Yvon Bussières : « Mes racines sont ici, dans ce quartier » | 20 octobre 2017 | Article par Marine Lobrieau

Crédit photo: Marine Lobrieau

Yvon Bussières : « Mes racines sont ici, dans ce quartier »

Monmontcalm vous présente les candidats dans le district de Montcalm-Saint-Sacrement aux élections municipales du 5 novembre. Aujourd’hui, Yvon Bussières, candidat indépendant, convoite un septième mandat et mise sur la sécurité des habitants via des projets de mobilité durable, l’intégration intergénérationnelle et la poursuite des actions sociales.

Q : Pourriez-vous résumer votre parcours ?

R : J’ai passé toute ma vie dans ce quartier. Au départ, j’ai été instructeur de natation et sauveteur, puis directeur du Centre des loisirs. Ensuite, j’ai fait une maîtrise en théologie. Puis j’ai été agent pastoral régional pour l’Église catholique de Québec et conseiller municipal. Par la suite, j’ai été responsable des fabriques du Diocèse, puis président de l’arrondissement de La Cité. Cela fait plus de 24 ans que je suis actif avec six mandats complétés, dont trois, en tant que président du conseil d’arrondissement.

Q : Pourquoi solliciter un septième mandat ?

R : Mes racines sont ici, dans ce quartier. J’ai toujours été quelqu’un d’impliqué dans ma communauté. Je ne suis pas ici pour moi, je suis l’enfant du village, moi, ce que le village m’a donné, je le redonne au maximum à ma communauté. Il faut toujours se battre pour conserver notre patrimoine, nos arbres, et toujours laisser la place à l’amélioration. Je sais qu’avec l’expérience que j’ai, j’en suis capable.

Q : Pourquoi avoir fait le choix de vous présenter comme indépendant ?

R : J’ai choisi d’être indépendant, car vu les circonstances, je pense mieux servir les citoyens en étant indépendant, ça me donne une liberté de penser et une liberté d’agir.  J’ai connu l’opposition majoritaire, puis l’opposition solitaire comme indépendant, puis l’opposition minoritaire avec Démocratie Québec. J’ai décidé de prendre du recul.

Q : Quels sont les enjeux du district pour lesquels vous vous impliquez ?

R :  La justice sociale, la question environnementale, le développement durable et la question de la démocratie municipale. J’ai été de ceux qui ont mis en place les conseils de quartiers. J’ai vraiment travaillé dans le sens de la justice sociale, ce qui me préoccupe et me préoccupe encore c’est la question de la répartition de la richesse. Que chaque quartier, quelles que soient les conditions de la population, ait des équipements de loisirs, des parcs, des structures aussi intéressantes que la Haute-Ville.

Q : Après six mandats, quelles ont été vos réalisations pour le district ?

R : Nous avons beaucoup travaillé à revitaliser les quartiers défavorisés. Au niveau des loisirs, le centre aquatique familial, la consolidation du parc Saint-Sacrement, et le centre communautaire. Le parc Holland a été bonifié. Nous avons installé un kiosque pour des spectacles en plein air. J’ai aussi plaidé pour adapter les équipements dans les parcs, car c’est le quartier de la ville où il y a le plus d’aînés. Aussi les places publiques, les œuvres d’art. C’est un quartier qui est très dynamique. On veut un quartier intergénérationnel, il l’est. Nous avons œuvré pour améliorer les conditions de vie des gens.

Q : Quels seront vos engagements si vous êtes élu ?

R : Je voudrais revoir les parcours scolaires, les sécuriser et surtout bien les identifier. Je veux des mesures encore plus protectrices pour la population la plus vulnérable, les enfants et les aînés.

Soutenir les conseils de quartier, dans notre souci de participation citoyenne, de démocratie. C’est une philosophie, que nous avons apportée, qui est vraisemblablement populaire. Continuer de faire participer les citoyens au processus décisionnel. On veut le conserver, c’est un droit des citoyens. Dans mes observations, je pense qu’il y a peut-être une révision à faire de la politique de consultation publique, et aussi de la mission de ces conseils, faire davantage dans la participation avec les décisions municipales.

Consolider notre offre de loisirs et avoir des équipements adaptés à l’âge des gens également. Enfin, la mise en valeur du quartier, le projet de promenade du Coteau Sainte Geneviève, assurer la continuité de l’aménagement de la Cité-Verte, et la mise en œuvre du PPU Belvédère.

Q : Concernant le transport en commun et la mobilité durable ?

R : Le parc automobile augmente constamment malgré nos efforts pour le transport collectif, les rues ne sont pas configurées pour tant de véhicules. On avait à l’époque trouvé une voie alternative avec les métrobus. Mais je pense effectivement qu’il doit y avoir une voie de transport structurant entre l’Est et l’Ouest. Lequel ? Il y a des règles et des spécialistes. Est-ce que le tramway est le meilleur moyen ? Peut-être.

En réalité, la problématique, ce sont les axes. Le transit se fait par le quartier. Donc la problématique de la mobilité est majeure. Toute la cohabitation avec les cyclistes, les voitures, les piétons. Tout ce sentiment de sécurité qu’il faut s’assurer pour les aînés, l’accessibilité universelle aussi étant donné que beaucoup sont en perte de mobilité.