Oeuvres sur mesure pour les abat-jours géants sur Cartier | 23 novembre 2018 | Article par Véronique Demers

Crédit photo: Véronique Demers

Oeuvres sur mesure pour les abat-jours géants sur Cartier

C’est au tour de Manon De Pauw de donner vie aux 34 abat-jours géants sur l’avenue Cartier, après des extraits d’oeuvres d’Alfred Pellan et Fernand Leduc (2015-2016); de Rita Letendre et Jacques Hurtubise (2016-2017); de Pierre Ayot (2017-2018).

Cette quatrième édition de Lumière sur l’art, inaugurée jeudi soir avec une vingtaine de passants, a laissé carte blanche à l’artiste pour concevoir sur mesure les images, créées pour ce format (942 cm de long par 200 cm de haut).

« C’est un super beau défi! Ma production est faite pour ça; cette commande sous la direction artistique du MNBAQ [Musée national des beaux-arts du Québec] fait écho au langage habituel que j’utilise dans mes projets. J’ai fait les photos à la surface d’une boîte lumineuse. J’ai joué avec la lumière et j’ai intégré des élastiques de couleur, de l’aquarelle, des plumes, beaucoup d’acétates. (…) Étant donné que les luminaires sont deux par deux, j’ai fait des pairs d’images, dont certaines sont en positif et en négatif », a expliqué l’artiste, qui enseigne les arts visuels à l’UQAM.

Manon De Pauw (troisième à partir de la gauche), entourée des divers intervenants du projet Lumière sur l’art.
Crédit photo: Véronique Demers

Ces ensembles jouent avec la symétrie, l’opposition ou la superposition. Le parcours lumineux présente un florilège de formes variées et de couleurs. « Les oeuvres inaugurées sont à la fois lumineuses et enveloppantes et contribuent à faire de l’avenue Cartier un véritable musée à ciel ouvert », a mentionné Alicia Despins, membre du comité exécutif de la Ville de Québec responsable de la culture.

« Confier Lumière sur l’art à une artiste de l’envergure de Manon De Pauw a permis de renouveler la formule en présentant une oeuvre originale, particulièrement séduisante pour les passants avides d’intemporalité et de poésie », a commenté Annie Gauthier, directrice des collections et de la recherche au MNBAQ.

Exposition au pavillon Pierre Lassonde

Fait intéressant, c’est la première fois où Lumière sur l’art fait appel à la créativité d’une artiste de son vivant, de surcroit avec une oeuvre sur mesure. Les éditions précédentes ont puisé dans les collections d’oeuvres d’artistes au MNBAQ ayant déjà quitté ce monde.

« Il est important de pérenniser ce projet – devenu incontournable dans le Quartier des arts – en renouvelant sa formule, sans toutefois en perdre sa spécificité », a souligné Kim Colonna, président de la Société de développement commercial (SDC) Montcalm.

Les lampadaires géants resteront parés des oeuvres de Manon de Pauw jusqu’à l’automne 2019. Les amateurs d’art voulant explorer davantage le travail de l’artiste peuvent se rendre au pavillon Pierre Lassonde du MNBAQ, où sont présentées « L’Apprentie 1 », « L’Apprentie 2 » et « L’Apprentie 3 » (2008), dans l’exposition De Ferron à BGL. L’art contemporain du Québec.