Réunion d’information sur le G7 à Québec le 16 mai | 9 mai 2018 | Article par Céline Fabriès

Crédit photo: Jean Cazes

Réunion d’information sur le G7 à Québec le 16 mai

La demande d’une réunion publique des citoyens de Saint-Jean-Baptiste et du maire de Québec aura finalement été entendue par les organisateurs du Sommet du G7. Une assemblée publique aura lieu le mercredi 16 mai au soir. Le lieu et l’heure restent à déterminer. Une conférence de presse aura également lieu la même journée de l’assemblée publique pour que les médias puissent poser des questions.

Le maire de Québec l’a confirmé mercredi matin en conférence de presse après avoir parlé au sous-ministre pour le sommet du G7 et représentant personnel du Premier ministre canadien (Sherpa), Peter Boehm, mardi en fin de matinée.

Régis Labeaume souhaite avant tout qu’il n’y ait pas un vide d’autorité et que les gens comprennent qui s’occupent de quoi. « L’objectif de la rencontre, c’est de répondre aux inquiétudes, apaiser. Les corps policiers font des stratégies, mais à un moment, ça ne peut pas tout rester à l’intérieur des corps policiers, il y a des humains qui sont sur le territoire, qui vivent dans cette ville-là, et moi comme maire j’insiste pour qu’on donne le maximum d’informations et qu’on tente de sécuriser les gens », a souligné Régis Labeaume.

Selon le maire de Québec, seront présents à cette assemblée publique, l’organisation du G7, le groupe intégré de sécurité (GIS) et le service de police de Québec (SPVQ).

Régis Labeaume a également confirmé une rencontre à venir avec les corps policiers lundi, et qu’il a une liste de questions comme le dédommagement pour les commerçants et le rôle de chacun. « Si les gens ont des choses à déclarer, savoir à qui les citoyens doivent parler pendant le G7. C’est la police de Québec qui s’occupe du territoire de Québec, mais il y a un commandement au-dessus qui est la GRC », a mentionné le maire de Québec. Le maire invite d’ailleurs les citoyens à appeler le 311 d’ici lundi ou à lui envoyer un courriel s’ils ont des questions et il les transmettra aux organisateurs.

Des clôtures érigées

Lundi soir au conseil municipal, le maire de Québec a indiqué que la ville de Québec ne sera pas barricadée. Pourtant, des clôtures commencent à être érigées autour de la Centrale de Police au parc Victoria et de l’Assemblée nationale. Selon la ville de Québec, il s’agit d’une décision du GIS pour sécuriser le centre de détention temporaire à la Centrale de police et le traitement des contrevenants qui seront arrêtés pendant les manifestions. Est-ce qu’il y aura d’autres clôtures érigées pendant le G7 ? Régis Labeaume n’avait pas la réponse.

Le maire de Québec n’a d’ailleurs pas nié qu’il y aura des manifestations en Haute-Ville entre le 7 et 9 juin et qu’il pourrait avoir de la casse comme pendant le Sommet des Amériques en 2001. Mais Régis Labeaume refuse de dire aux commissions scolaires de fermer les écoles et aux commerçants de ne pas ouvrir. Il a également précisé que l’Hôtel de Ville restera ouvert à moins d’indication contraire du GIS.

L’opposition satisfaite

Présent à la conférence de presse, le conseiller municipal de Cap-aux-Diamants, Jean Rousseau, s’est dit satisfait de la tenue d’une assemblée publique. « Les citoyens auront la possibilité de manifester leurs craintes parce qu’à l’heure actuelle le silence engendre la peur », a déclaré l’élu de Démocratie Québec.

Lui-même a de nombreuses questions pour la sécurité des commerçants et des résidents. « Est-ce qu’il y aura une présence policière accrue sur les artères commerciales ? Est-ce que les commerçants doivent placarder ? Est-ce que les gens doivent se protéger contre les gaz lacrymogènes ? La circulation sera-t-elle déviée ? », a questionné Jean Rousseau.

Pour le moment, le conseiller municipal ne conseille pas aux commerçants de fermer pendant le G7. « Il faut garder un esprit positif », a-t-il soutenu.

Le Sommet du G7 se tiendra à La Malbaie les 8 et 9 juin.

Lire aussi : Régis Labeaume réclame une réunion publique sur le G7