<em>Constituons!</em> : le mot en C | 6 décembre 2019 | Article par Marrie E. Bathory

Crédit photo: Anik La Bissonnière

Constituons! : le mot en C

On le sait plus ou moins, ou alors on ne veut pas trop y penser : le Québec ne s’est pas encore doté d’une constitution. L’idée de Christian Lapointe était donc de créer – pour vrai! – une assemblée constituante citoyenne pour en rédiger une.

Pour cela, le metteur en scène du Théâtre Carte Blanche a établi un partenariat avec l’Institut du Nouveau Monde. Le projet Constituons!, non partisan, ni indépendantiste ni fédéraliste, s’est déroulé de mai 2018 à février 2019, et à l’issue du processus, un texte a bel et bien été rédigé. (Vous pouvez le lire ici.)

Théâtre didactique

Esquisser le contexte historique et politique, rappeler quelques dates, définir certaines notions, puis décrire les étapes qui ont mené à la création de cette assemblée constituante, et de la pièce… Trois heures (avec entracte), c’est relativement peu pour tout cela.

L’ensemble défile à vive allure, et on a tôt l’impression d’avoir la tête pleine, mais on reste accroché : Christian Lapointe devient en quelque sorte l’enseignant le plus crinqué que vous n’aurez jamais vu, avec une foule de supports visuels à l’appui. La mise en scène, visuellement intéressante et stimulante, captive, et la musique garde en alerte.

Présenter chacun des 41 membres de l’assemblée constituante, faire défiler le générique des commanditaires ou donner un aperçu des commentaires reçus sur Facebook peut paraître long par moments, mais rappelle ponctuellement, et de façon pertinente, que « le peuple », c’est une diversité de voix. Du reste, la performance fougueuse de Lapointe maintient l’attention.

Pirater le réel

Le public, plus qu’appelé à réfléchir, prend part à l’action : Comment définit-on l’identité québécoise? Quels sont nos droits individuels et collectifs? C’est une chose d’y penser dans son coin, c’en est une autre de devoir se prononcer.

La place légitime des Premières Nations

Saluons la parole laissée aux Premières Nations, dont on connaît souvent trop peu de l’histoire. Si la pièce ne peut à elle seule pallier ce manque, elle jette néanmoins un éclairage sur ce point important : il ne saura y avoir de constitution du Québec sans un dialogue et un rapprochement de nation à nation avec les Premiers Peuples.

Appels à l’action

Plusieurs œuvres théâtrales offrent une réflexion sur la société ou se présentent comme engagées; plusieurs font la démonstration de ce que peut le théâtre. Mais rares sont les objets théâtraux qui impliquent autant le public dans une démarche et l’amènent aussi près de réaliser une action politique concrète. Le défi demeure de rejoindre celles et ceux qui ne s’assoient pas déjà volontiers dans une salle de classe ou de spectacle.

Constituons! est présentée jusqu’au 15 décembre au Périscope.

En savoir plus sur...