Consultation publique sur la modification de zonage : un conseil de quartier et une population mitigés | 29 octobre 2019 | Article par Ève Cayer

La maison Petry-Amyot

Crédit photo: Ève Cayer

Consultation publique sur la modification de zonage : un conseil de quartier et une population mitigés

La consultation publique d’hier soir visait à valider deux modifications au règlement de zonage pour un développement immobilier intégrant la maison Petry-Amyot et de la Villa Mountaine-Kirouac. Divisé, le conseil de quartier a voté, à 5 membres pour l’adoption du projet en conservant la hauteur de 13 m du règlement actuel plutôt que le 24 m proposé contre deux pour l’adoption du projet tel que présenté.

Le conseiller en urbanisme, Sébastien Paquet a présenté les deux modifications du règlement de zonage sur lesquelles portait la consultation publique, soit la modification de la hauteur de 13 m (4 étages) à 24 m (7 étages) et le retrait de l’usage relié à l’hébergement touristique pour le 240, 270 et 300, chemin Sainte-Foy. Ce quadrilatère comprend le chemin Sainte-Foy au nord, la ruelle des Franciscains au sud, la rue Alverne à l’est et la rue Sherbrooke à l’ouest.

Ensuite, l’architecte Pierre Martin a exposé les modifications apportées au projet depuis sa présentation en février dernier. Ainsi, la maison Petry-Amyot et la Villa Mountaine-Kirouac, seront rénovées en conservant leur aspect patrimonial et elles seront reliées par l’arrière à un édifice à logements de 4 étages passant graduellement à 7 étages.

Densification et circulation inquiètent

Les citoyennes et les citoyens ont commenté le projet et posé des questions. Certains ont salué le projet alors que la majorité s’inquiète de l’effet de densification, de l’accroissement de la circulation automobile et la dégradation de la qualité de vie.

« On privilégie la rénovation de deux maisons aux dépens de la qualité [de vie] des gens qui vivent là. Sept étages derrière chez nous, je me demande si monsieur Martin accepterait ça derrière chez lui », a commenté une résidente de la rue des Franciscains.

Quelques personnes ont souligné que les propositions de projets immobiliers comme celui présenté hier, manquent de considération pour la qualité de vie des habitants du quartier.

« Est-ce que la Ville a fait une étude de circulation? Sur la maquette, la rue d’Alverne a l’air très large et avec la majorité des VUS qui circulent en ville, deux ça ne passe pas. Ça m’inquiète pour les enfants qui marchent pour aller à l’école parce qu’on parlait de plus de 100 places de stationnements », a interrogé un résident de la rue des Franciscains.

Sébastien Paquet a rétorqué que la Ville avait fait une étude de circulation qui démontrait une augmentation, mais que cette hausse avait été jugée acceptable par la Ville de Québec.

« J’ai acheté un condo au 4e étage, au portail des Érables, pour sa vue imprenable sur les Laurentides. Avec ce projet, je vais la perdre et […] la valeur de mon condo va diminuer. Je vais être touché monétairement par ce projet », se désole un citoyen.

D’autres ont exprimé leurs inquiétudes quant à l’effet du bâtiment sur l’ensoleillement, la formation de corridor de vent et l’accumulation de neige.

Finalement, un citoyen a précisé qu’un tel projet l’inspirait à revenir s’installer dans le quartier.