Jackie Caron, passionnée de curling à 84 ans

Du plus loin qu’elle se souvienne, Jackie Caron a toujours eu le curling comme sport de prédilection. Aucun autre sport n’a surpassé cette passion, qui l’anime depuis qu’elle a 19 ans. Aujourd’hui, à 84 printemps bien sonnés, on peut la qualifier de « membre émérite ». Un tournoi féminin au Club de curling Jacques-Cartier, dans le quartier Montcalm, porte son nom depuis 47 ans.

« J’ai commencé à l’âge de 19 ans, au Club de curling Cambrai sur la rue Joffre, mais il n’existe plus. Ma famille ne m’a pas influencée; j’ai plutôt commencé à jouer avec un groupe d’amis », exprime celle qui a déjà été gérante du Club de curling Jacques-Cartier.

Sylvie Desnoyers et Jackie Caron, tenant la photo du championnat provincial de 1965

Jackie Caron a amené dans son sillage un intérêt contagieux pour ce sport, tant et si bien que des collègues de travail du temps où elle travaillait chez Bell ont eu la piqûre.

« Le mercredi soir, il y avait la ligue BELL. Cette ligue de 32 joueurs existe encore aujourd’hui, à l’exception qu’il n’y a maintenant que des retraités. […] J’aime ce sport pour le côté social, les contacts. Ça crée des liens et les amitiés durent », commente-t-elle.

50 ans de curling et un braquage plus tard

Questionnée à savoir quel est l’événement marquant de sa carrière, Jackie Caron a avoué que l’année 1965 a été forte en émotions.

« Cette année-là, c’était la première fois qu’une équipe de Québec a remporté le championnat provincial. On devait se rendre ensuite à Toronto pour le tournoi mixte national. Mais juste avant, on a subi un hold up au club. On était en train de jouer aux cartes quand les braqueurs sont arrivés. Ils nous ont envoyés dans la cave, pendant qu’ils vidaient les caisses et les sacoches. […] En arrivant au tournoi à Toronto, nos adversaires nous ont remis une petite banque pour nous faire sourire un peu malgré la situation, car ils savaient qu’on avait été volés, mais il n’y a pas eu de blessés », raconte-t-elle en détail.

Jackie Caron aurait aimé se rendre jusqu’aux Olympiques, mais à l’époque où elle a joué, cette discipline sportive n’était pas considéré dans la liste des sports officiels. Ce n’est qu’en 1998, à Nagano, que le curling a fait son entrée. Une belle relève pourrait réussir le défi, qui sait? « On a une équipe junior (moins de 21 ans), qui est allée en Écosse », souligne-t-elle.

Non seulement la relève est présente, mais le nombre de membres a aussi augmenté, selon Sylvie Desnoyers, présidente du club depuis deux ans. « On a 315 membres. Le fait que le curling soit aux Olympiques aide au sport à revenir en force. En 2025, le Club de curling Jacques-Cartier va fêter ses 100 ans! », lance-t-elle.

La saison de curling au club Jacques-Cartier s’amorcera avec un tournoi juvénile le 6 septembre, suivi d’un tournoi senior (26 au 29 septembre) et d’un tournoi de femmes du 7 au 10 novembre, avec pour thème La vie en rose. Mais il n’y a aucun lien avec le rose de l’automne qui s’affiche un peu partout pour nous sensibiliser au cancer du sein; c’est davantage la « Vie en rose » d’Édith Piaf… ou carrément le rose.

« On attend 24 équipes qui vont bien mettre le thème en évidence. Il y aura aussi un moment de reconnaissance envers 4 femmes (la cuvée Jackie Caron) qui auront contribué à l’évolution du curling en général» , conclut Mme Desnoyers.

Club de curling Jacques-Cartier
1015, boul. René-Lévesque Ouest
418 683-4431