<i>Contre la suite du monde</i> : au fond du trou noir | 12 février 2020 | Article par Marrie E. Bathory

Crédit photo: David Mendoza Hélaine

Contre la suite du monde : au fond du trou noir

Miroirs sans tain, micros, curieux objets colorés : sur scène, un genre de salle de jeu conçue pour observer des cobayes. Y prennent place Peter (Peter Farbridge), Ève (Ève Pressault) et Philippe (Philippe Racine), qui deviennent les personnages d’une sorte de Passe-Partout s’adressant aux adultes désabusés que nous sommes.

« Ça me dérange pas »

On n’en peut plus des misères du monde, des injustices; on aspire à mordre en paix dans un « hamburger plein de gras trans[, à] vivre en harmonie avec Monsanto ». Incapables de s’empêcher de lire les commentaires sous les articles, on hait chaque jour davantage.

Charge d’indignation version 2020, Contre la suite du monde n’offre aucune issue : le temps des luttes fécondes est révolu, il semble.

Au commencement était le verbe

Contre la suite du monde, de la compagnie La nuit / Le bruit, se construit à partir d’essais d’Alain Deneault, de Catherine Dorion et de Simon-Pierre Beaudet, auxquels s’ajoutent notamment Derrida, Foucault et Shakespeare. L’« expérience théâtrale » s’inscrit dans la lignée de la performance Hidden Paradise (présentée l’été dernier dans le cadre du Carrefour international de théâtre), créée à partir d’une entrevue d’Alain Deneault, et de la pièce anarchiste mais optimiste Fuck toute (à l’affiche à Premier Acte en 2016 et en 2017), collage de textes de Beaudet et Dorion, entre autres.

De Hidden Paradise, on retrouve un jeu physique qui vient faire contrepoids aux idées abstraites; de Fuck toute, les appels à la révolte contre les forces visibles et invisibles qui régissent le monde – et le dégoût d’un certain type de radio qui corrompt l’air ambiant.

L’essai théâtral de Claire Renaud et Jean-François Boisvenue est chargé de tirades poétiques livrées avec conviction par chacun des interprètes. Les extraits vidéo d’entrevues d’Alain Deneault et de Zab Maboungou indiquent des pistes de réflexion. L’ensemble, ludique et intrigant, captive.

Contre la suite du monde est présentée au théâtre Premier Acte jusqu’à ce samedi, le 15 février. Après la représentation de vendredi aura lieu une discussion avec Simon-Pierre Beaudet, auteur du recueil Fuck le monde.

En savoir plus sur...