L’église du Très-Saint-Sacrement bientôt classée bien patrimonial | 30 mai 2020 | Article par Véronique Demers

Crédit photo: Jean Cazes

L’église du Très-Saint-Sacrement bientôt classée bien patrimonial

Les démarches du groupe SOS Saint-Sacrement pour sauvegarder l’église du Très-Saint-Sacrement, en vue de réaliser un projet culturel et communautaire ont porté fruit. La ministre de la Culture, Nathalie Roy, a émis vendredi un avis d’intention de classement pour que le bâtiment devienne un bien patrimonial.

Par ce geste posé en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel, la ministre Roy souhaite préserver l’église, dont l’intérêt patrimonial réside dans ses valeurs historique, architecturale et paysagère.

L’instigateur du groupe de mobilisation citoyenne SOS Saint-Sacrement, Louis Bélanger, s’est réjoui de la décision de la ministre. Il en a profité aussi pour remercier les membres de SOS Saint-Sacrement et les signataires de la pétition, s’élevant à plus de 9300 signatures. « C’est un bel exemple que les citoyens peuvent changer les choses », a résumé M. Bélanger.

« Ça nous permet de gagner du temps pour organiser notre projet, avec les organismes locaux intéressés. L’église est une oeuvre emblématique pour le quartier […] nous devrions avoir les sommes nécessaires pour en assurer l’entretien et payer le chauffage. L’entretien de base est d’environ 100 000$ par année, mais nous récoltons 100 000 $ juste en frais de stationnement», souligne  l’instigateur de SOS St-Sacrement.

« C’est une réponse 9 mois plus tard à ma requête envoyée à la ministre Roy, en août dernier. C’est le bâtiment qui a la plus grande valeur pour le quartier. Jeter l’église à terre, ça aurait été comme jeter le quartier à terre, lui retirer son âme », a illustré pour sa part le conseiller municipal indépendant de Montcalm–Saint-Sacrement, Yvon Bussières.

Logements sociaux

Laurent Dumais, membre du groupe SOS Saint-Sacrement et retraité ayant oeuvré pendant plusieurs années aux loisirs au Cégep Garneau et à la Ville de Québec, a fait valoir la pertinence et l’utilité de l’église du Très-Saint-Sacrement qui serait transformée en lieu pour accueillir les loisirs en mentionnant les frais de location qu’il juge élevés, puisque le centre des Loisirs Saint-Sacrement manque d’espace.

« Les loisirs d’été sont notre programme phare aux Loisirs Saint-Sacrement. On manque de place, donc on loue pour 150 000 à 200 000 $ par année pour les loisirs, au Cégep Garneau et au Collège Stanislas, pour répondre à nos besoins. Ça serait une excellente nouvelle de transformer l’église en lieu communautaire, qui est sur le chemin Sainte-Foy, un axe important du quartier. Au volet communautaire pourrait s’ajouter un volet de logement social. Ça permettrait d’accueillir de nouvelles familles dans le quartier», détaille M. Dumais.

Contestation à venir

D’ici à ce que l’église du Très-Saint-Sacrement soit classée bien patrimonial dans le Registre du patrimoine culturel, il peut s’écouler encore un an. Au cours des 60 premiers jours suivant l’avis d’intention de classement, la décision de la ministre de la Culture peut être contestée auprès du Conseil du patrimoine culturel du Québec.

C’est bien ce qu’entend faire le curé de la paroisse Bienheureuse-Dina-Bélanger,  dans laquelle est située l’église du Très-Saint-Sacrement. « Je vais préparer ma contestation la semaine prochaine, de concert avec le conseil de fabrique et le Diocèse de Québec », a exprimé le curé Gérard Busque.

À lire aussi:

Moratoire demandé pour sauver l’église du Très-Saint-Sacrement

SOS St-Sacrement veut sauvegarder l’église du Très-Saint-Sacrement

  • L’église du Très-Saint-Sacrement en bref
  • Construction de l’église actuelle 1920 à 1924
  • Érection de la paroisse du Très-Saint-Sacrement en 1921
  • Vitraux du maître verrier Marius Plamondon (1953-1961)
  • Mobilier intégré dessiné par l’architecte Adrien Dufresne (1943-1951)