Un jardin hydroponique au Cégep Garneau | 25 juin 2020 | Article par Véronique Demers

Crédit photo: Photo tirée de Facebook Systèmes Viréo

Un jardin hydroponique au Cégep Garneau

D’ici l’an prochain, en raison de la COVID-19, 16 nouveaux jardins partagés verront le jour. La Ville de Québec subventionne à hauteur de 110 397$ ces projets, qu’ils soient à l’extérieur ou à l’intérieur. Le nombre de citoyens visés, la localisation et la durée ont fait partie des critères de sélection. L’objectif principal des jardins partagés, situés sur des terrains non municipaux, est d’améliorer notamment la qualité de vie des citoyens.

Ça pousse donc au Cégep Garneau dans Saint-Sacrement, et à l’école primaire Anne-Hébert, dans Montcalm. Le Cégep Garneau a reçu 4588$ de la Ville de Québec, et l’école primaire Anne-Hébert, 9000$.

Bien qu’il s’agisse de la première saison du jardin extérieur aménagé par les Urbainculteurs, donnant sur le boulevard de l’Entente, c’est pour le jardin intérieur hydroponique (situé dans le pavillon A, dans l’espace d’entrepreneuriat étudiant) que le Cégep Garneau a reçu la subvention cette année.

« Il y aura de 80 à 100 plants de verdurettes hydroponiques produits par session. La manipulation sera effectuée par trois à quatre étudiants et un à deux employés, selon les besoins, dans le contexte de la COVID », précise Marie-Claude Linteau, chargée de projet en environnement au Cégep Garneau. Rappelons que l’établissement scolaire a obtenu sa certification de campus équitable à l’automne dernier.

Ce jardin hydroponique sera conçu cet automne, par Systèmes Viréo. La production sera concentrée en fines herbes et laitues. Les récoltes seront offertes à des étudiants dans le besoin.

Quant au jardin extérieur, né de l’initiative de Léa Poulin, étudiante à Garneau, autant les étudiants que les employés et les enfants du CPE La Frimousse, intégré au cégep, pourront en profiter. « On partage la moitié des lots avec le Centre des loisirs Saint-Sacrement, un partenaire du projet. L’an prochain, on va accorder des places aux usagers du CRDI (Centre de réadaptation en déficience intellectuelle) », ajoute Mme Linteau.

L’an prochain à Jeffery Hale

Toujours dans le quartier Saint-Sacrement, les partenaires communautaires du Jeffery Hale ont également bénéficié du soutien de la Ville de Québec, à hauteur de 2786$, pour un jardin partagé. Jean-Sébastien Jolin Gignac, le responsable du projet, a indiqué que celui-ci sera remis à l’an prochain, étant donné qu’un nombre important des participants vivent avec un handicap et ne sont pas en mesure de mettre la main à la pâte, compte tenu des règles sanitaires à respecter en lien avec la COVID-19.

Des arbres en pots à l’école Anne-Hébert

Dans le quartier Montcalm, l’école primaire Anne-Hébert verra son parc-école plus vert grâce à son jardin collectif bonifié. Aux cinq bacs potagers et au composteur existants vont s’ajouter 10 à 15 bacs potagers dans la cour d’école, en plus de la plantation d’arbres en pots.

« Depuis deux ans, on s’intéresse beaucoup aux projets de verdissement. On a organisé deux corvées l’an dernier financées par le conseil de quartier Montcalm », témoigne François Talbot, parent d’un élève fréquentant l’école Anne-Hébert et participant au projet.

L’équipe de parents et du personnel de l’école Anne-Hébert prenant part au projet des bacs potagers.
Crédit photo: Courtoisie

L’équipe de jardinage de l’école prévoit ajouter cet automne la quinzaine de bacs potagers et installer un système d’irrigation. « La communauté est importante; elle aura accès pendant tout l’été au jardin partagé. Les Loisirs Montcalm et les Projets Bourlamaque font partie des partenaires », précise M. Talbot.

À moyen terme, l’équipe de verdissement de l’école Anne-Hébert souhaiterait déminéraliser le stationnement de l’école, en partenariat avec un ingénieur de la Commission scolaire de la Capitale.