Un nouveau Fab Lab se développe à Québec | 17 septembre 2020 | Article par Amélie Légaré

Crédit photo: Gracieuseté Créa3D

Un nouveau Fab Lab se développe à Québec

Dans le cadre de sa formation à l’École d’entrepreneuriat du Cégep Garneau, l’informaticien Martin Boucher a décidé de cofonder Créa3D, un Fab Lab qui permet à des étudiants d’expérimenter l’impression 3D ou l’électronique. Il a été récompensé cet été par la direction du cégep en devenant récipiendaire de la Bourse – Projet sociétal, offerte par la Caisse Desjardins du Plateau Montcalm.

Publicité

Selon l’entrepreneur, un Fab Lab est un atelier communautaire avec des outils numériques afin de concevoir ou réaliser des projets de différente nature. Fondé au début des années 2000 au Massachusetts Institute of Technology (MIT), le mouvement s’est répandu à travers le monde, majoritairement en Europe et aux États-Unis. Il a décidé de lancer ce projet dans le cadre de sa formation en entrepreneuriat au Cégep Garneau.

« J’ai apprécié ma formation autant avec les formateurs et les étudiants et c’est le fun de voir qu’on a bien travaillé et défini notre projet. J’espère pouvoir le mener à terme lorsque la situation sera de retour à la normale. »

L’organisme à but non lucratif propose trois volets : l’impression 3D, la gravure sur bois contrôlée par ordinateur et les modules Arduino. Cet hiver, les ressources étaient mises à la disposition d’un groupe d’une école secondaire, mais les activités ont été interrompues vu le contexte. « Avec eux, on assemblait cinq imprimantes 3D. On a acheté des composantes électroniques un peu partout sur le Web et on assemble ça avec les élèves. C’était le premier projet officiel », confie Martin Boucher.

Lieu de partage et de collaboration

Avec son partenaire d’affaires Jean-Luc Guillemette, Martin Boucher a misé sur le volet jeunesse pour lancer le projet, mais le lab sera éventuellement ouvert aux adultes. « On partage des outils, mais on partage aussi des connaissances entre les membres. […] On regarde aussi peut-être pour se jumeler à d’autres organismes, soit des centres de loisirs ou des centres communautaires. Ce serait notre idéal de commencer avec eux pour obtenir un local vu qu’on en pas besoin à temps plein. »

Expertise nichée

Les membres de Créa3D pourront expérimenter la gravure sur bois avec une machine CNC.
Crédit photo: Gracieuseté

En plus de l’impression 3D, les membres pourront expérimenter la gravure sur bois avec une machine-outil à commande numérique par ordinateur (CNC). L’entrepreneur insiste qu’il n’est pas nécessaire d’avoir du talent en dessin pour manipuler les outils puisque l’ordinateur prend en charge cette partie.

« Il peut le faire de manière répétée, mais pour des mini productions. On peut en faire une dizaine ou une vingtaine, dépendamment de la grosseur de la pièce, mais on ne pourrait pas alimenter une chaîne de quincaillerie pour cela. C’est fait pour les petites productions artisanales. »

Les modules Arduino permettent plutôt d’apprendre les concepts de base de l’électronique et de l’informatique. On peut réaliser des petits schémas électroniques, soit pour faire du prototype ou pour de l’apprentissage. « La meilleure preuve que l’Arduino est parfaitement adapté aux élèves est qu’en quelques leçons, ils sont déjà prêts à réaliser des projets concrets », ajoute-t-il.

Rendez-vous créatif

En plus d’offrir différents ateliers, le lab pourra aussi être utilisé par les membres en mode libre pour créer des objets par eux-mêmes, par exemple un arroseur de plante automatique, un système d’ouverture de rideau selon la lumière du jour, la construction d’un robot, etc. « Évidemment plus vous êtes créatif, plus vous avez de l’imagination, plus vous pouvez faire des choses impressionnantes », conclut Martin Boucher.