Une kinésiologue veut motiver les troupes! | 11 avril 2020 | Article par Véronique Demers

Crédit photo: Courtoisie Mathieu Bélanger

Une kinésiologue veut motiver les troupes!

Kinésiologue, entraîneure, athlète de haut niveau et étudiante à la maîtrise en philosophie à l’Université Laval, Catherine Gagné a voulu aider ses concitoyens pendant la crise de la COVID-19, en offrant des entraînements gratuits en direct, à partir de sa page Facebook.

Publicité

« Il n’y a plus rien, les gyms sont fermés, mais je voulais inciter les gens à continuer de bouger », explique la résidente du quartier Montcalm. Quelques vidéos sont déjà disponibles sur sa page Facebook et il est possible de suivre l’entraînement à un autre moment qu’en direct, puisqu’il reste disponible.

Catherine Gagné propose des entraînements de 45 minutes, incluant 20 minutes d’exercices cardiovasculaires. Elle explique chacun des mouvements, et des alternatives plus faciles, afin de rendre accessibles le plus possible ses entraînements.

La kinésiologue propose des entraînement de haute intensité par intervalle. « C’est le HIIT, high intensity interval training. Par exemple, le Tabata, soit un exercice de 20 secondes d’effort et 10 secondes de repos, est une forme de HIIT », indique-t-elle. Catherine Gagné est en train de préparer de nouveaux entraînements sur une plateforme, Patreon, qui devraient voir le jour vers la mi-mai.

Adaptation dans l’entraînement

Déçue de ne pas avoir pu participer cette année à un camp d’entraînement en altitude, en Arizona — annulé à cause du coronavirus —, Catherine Gagné demeure néanmoins reconnaissante du fait qu’elle peut continuer de s’entraîner sans problème. La course et l’athlétisme ne nécessitent pas d’équipement particulier, contrairement à d’autres sports, impossibles à pratiquer actuellement.

« Les rues sont ouvertes; je peux m’entraîner tout le temps. Mon entraîneur m’a conçu un programme d’entraînement, avec beaucoup de kilomètres chaque semaine, mais avec une intensité plus basse. Mais c’est sûr qu’on ne peut plus s’entraîner en gang. Il y a la motivation de groupe qu’on ne peut avoir », exprime celle qui s’entraîne souvent sur l’anneau des Plaines.

« Cette crise est une opportunité de se remettre en question et de prendre un répit dans cette vie effrénée. Ce serait dommage de passer simplement au travers de la crise et d’attendre que le beau temps revienne pour tout recommencer, comme avant », souligne-t-elle.