Élections municipales 2021 : Québec Forte et Fière au centre-ville | 24 septembre 2021 | Article par Suzie Genest

Les candidat.e.s de Québec Forte et Fière Pierre-Luc Lachance (Saint-Roch - Saint-Sauveur), Catherine Vallières-Roland (Montcalm-Saint-Sacrement) et Mélissa Coulombe-Leduc (Cap-aux-Diamants)

Élections municipales 2021 : Québec Forte et Fière au centre-ville

Cinq partis et des candidat.e.s indépendant.e.s briguent nos cinq districts aux élections municipales 2021. Pour vous les présenter, nous faisons équipe avec Québec réveille, la quotidienne matinale de CKIA 88,3. L’animatrice Marjorie Champagne a reçu le 23 septembre les trois candidat.e.s de Québec Forte et Fière dans les districts des quartiers centraux : Saint-Roch – Saint-Sauveur, Cap-aux-Diamants, Montcalm – Saint-Sacrement.

Publicité

Le nouveau parti municipal Québec Forte et Fière (QFF) a émergé au début 2021. Son chef qui brigue la mairie, Bruno Marchand, s'est notamment fait connaître comme président-directeur général de Centraide.

Cinq ambitions forment les pierres d’assise de QFF, selon son site web : « des quartiers forts, animés et diversifié; un leadership positif; une relance post-COVID vigoureuse et ambitieuse; une ville résiliente, verte et bienveillante pour toutes et tous; et une gestion efficiente et rigoureuse des finances et des services de la Ville ».

Catherine Vallières-Roland, Montcalm – Saint-Sacrement

Issue de la fonction publique québécoise, Catherine Vallières-Roland a occupé depuis 2004 plusieurs fonctions au ministère des Relations internationales et de la Francophonie. Celles-ci l’ont amenée à contribuer au développement des relations entre le Québec et différents pays et à représenter le gouvernement aux Nations Unies.

Elle a été vice-présidente et présidente du conseil d'établissement de l'École Anne-Hébert et a siégé au conseil d'administration du CPE Les Loupiots. Elle en est à sa première incursion en politique.

Mélissa Coulombe-Leduc, Cap-aux-Diamants

Détentrice d’un baccalauréat en science politique et d’une maîtrise en politique internationale et droit international, Mélissa Coulombe-Leduc a amorcé sa carrière comme attachée politique de la députée de Québec à la Chambre des communes. Ces 10 dernières années, elle a travaillé à l'agence TACT, dont elle était directrice des affaires publiques et des relations gouvernementales avant sa campagne.

Avec sa famille, elle vit dans le district de Cap-aux-Diamants depuis 2012. Elle a été vice-présidente du conseil d’établissement de l’école Saint-Jean-Baptiste, présidente du conseil de quartier de Saint-Jean-Baptiste et membre d'autres conseils d’administration. Comme ambassadrice, elle s’est engagée dans une campagne de financement au théâtre Premier Acte.

Pierre-Luc Lachance, Saint-Roch – Saint-Sauveur

Pierre-Luc Lachance a fait des études universitaires en informatique, en administration, en gestion. Il termine une maîtrise en intelligence et transformation. Durant 15 années, il a travaillé dans le secteur événementiel avant d’assumer la direction de Québec numérique.

Élu avec Équipe Labeaume dans Saint-Roch – Saint-Sauveur en 2017, M. Lachance a été adjoint au maire pour le volet Entrepreneuriat. Il a joint Québec Forte et Fière après une brève période à titre de conseiller municipal indépendant en avril 2021. Il habite son district depuis 2011.

Des enjeux prioritaires

Mélissa Coulombe-Leduc voit dans son district « hétéroclite » quelques enjeux prioritaires, dont la mobilité et le défi de « garder des quartiers qui sont authentiques et pensés pour les citoyens ». Elle songe à la cohabitation entre tourisme, logements abordables et infrastructures accessibles.

Catherine Vallières-Roland identifie « trois secteurs » dans son district : Montcalm, Saint-Sacrement et les Jardins Mérici. Le tramway y occupe une place importante, note-t-elle. Elle cite « en particulier les impacts sur la canopée et les arbres et la plateforme surélevée sur René-Lévesque » dont on craint qu'elle fracture le quartier. L’avenir de l’église Très-Saint-Sacrement et la mobilité complètent sa liste d’enjeux prioritaires.

Pierre-Luc Lachance place la canopée et le verdissement, la qualité de vie et la santé durable au centre des enjeux dans Saint-Roch – Saint-Sauveur. Il y ajoute la sécurité de la mobilité active, les conflits entre piétons automobilistes cyclistes. Son parti entend « connecter l’ensemble des districts » dans La Cité – Limoilou, précise-t-il.

Troisième lien : des conditions à remplir

Qu’apportera le 3e lien? Mélissa Coulombe-Leduc insiste : QFF s’oppose aux bretelles du centre-ville. Elle note par ailleurs l’absence d’études d’achalandage et d’impact environnemental.

« Il va falloir que le gouvernement fasse la démonstration qu’il y a l’acceptabilité sociale, que ça répond aux plus sévères critères environnementaux, avec premièrement un BAPE. L’autre chose, c’est que s’ils investissent 10 milliards là-dedans, nous on a d’autres projets pour la ville de Québec, on veut s’assurer qu’il va rester de l’argent »

QFF « veut représenter les citoyens » et entend « se tenir debout face au gouvernement du Québec », renchérit Catherine Vallières-Roland. Pierre-Luc Lachance trace un parallèle avec le projet Laurentia : avant de se positionner contre celui-ci, il avait attendu « les données probantes ». Dans le cas du 3e lien, il n’y a « pas de consensus de la part des fédéraux », ajoute-t-il.

Airbnb, condos : des contingentements

Devant les enjeux de logement et de gentrification dans les quartiers centraux, pourrait-on limiter le Airbnb?

« Tout ce qui est hébergement collaboratif et touristique comme ça, c’est géré par le ministère du Tourisme et l’agence du Revenu. Les leviers municipaux sont sur le zonage : déterminer où on peut avoir du Airbnb à des fins commerciales », mentionne Mélissa Coulombe-Leduc.

QFF veut « faire un état des lieux très exhaustif de la situation », poursuit-elle. Le parti s’inspirerait des contingentements prescrits par le zonage pour les permis de bar. Un tel système n’existe pas actuellement à la Ville, précisent les candidat.e.s de QFF.

QFF propose une « solution très innovante » pour favoriser le maintien d’un parc de logements abordables, dit Pierre-Luc Lachance. Il s'agit de restreindre la possibilité de transformer des logements locatifs en condos tant qu’il n’y a pas 4 % de logements disponibles.

Arbres urbains : de la volonté politique

Le taux de canopée à Québec se chiffre à 32 %. Il est moins enviable dans les quartiers Saint-Jean-Baptiste (10 %), Saint-Roch (12 %), Saint-Sauveur (13 %), dans le Vieux-Québec-Cap-Blanc et la Colline parlementaire (18 %), même dans Montcalm (22 %) et Saint-Sacrement (25 %). On continue d'abattre des arbres matures, entre autres dans Saint-Roch. Quels sont les plans de QFF à cet égard?

C’est avant tout une question de volonté politique, souligne Mélissa Coulombe-Leduc. Malgré la Vision de l’arbre de la Ville de Québec, elle déplore que « la canopée a diminué » dans la dernière année et qu’il faudrait que « les [bottines] suivent les babines ».

« Les fonctionnaires n’ont pas les outils réglementaires » pour que les choses changent, ajoute Pierre-Luc Lachance. QFF entend « changer les règlements pour l’abattage et changer la façon de faire pour la plantation ». Pour chaque arbre coupé, il serait exigé d’en planter 20. Catherine Vallières-Roland renchérit : la Ville doit imposer des exigences de verdissement aux projets immobiliers et nouveaux aménagements.

Du respect et de la communication

Les candidat.e.s de QFF dénoncent le climat qui règne à l’hôtel de ville et au conseil municipal. « On a fait de la politique pendant 14 ans en antagonisant des groupes » et « divisé pour régner », illustrent-ils. Selon eux, « il y a eu moins d’investissement » dans Montcalm et Saint-Sacrement, qui ont « manqué d'amour » car les conseillers Jean Rousseau et Yvon Bussières ne faisaient pas partie d’Équipe Labeaume. QFF souhaite travailler de concert avec les élu.e.s de toutes les formations politiques, affirment-ils.

Alors que de grands chantiers perturbent les déplacements et le quotidien au centre-ville, les candidat.e.s de QFF s'engagent à améliorer les communications autour de ceux-ci. Un « outil intelligent », « cogner aux portes », « avoir des numéros de téléphone », un « comité de voisinage », « un élu responsable au conseil de ville de rapporter ce qui se passe sur le terrain » font partie de leurs solutions pour rejoindre les citoyens.

Entrevue des candidat.e.s de Québec Forte et Fière au centre-ville

Monsaintroch, Monsaintsauveur, Monmontcalm et Monlimoilou présentent les candidat.e.s aux élections municipales dans l’ordre où Québec réveille les reçoit en studio. La formule choisie réunit en entrevue des candidat.e.s d’un même parti, faisant campagne dans des districts adjacents. L’ordre de présentation des candidat.e.s est déterminé par leurs disponibilités et par la programmation de la quotidienne Québec réveille. Nous avons collaboré au choix des thèmes abordés.

Voir les autres candidat.e.s aux élections municipales 2021 dans les districts du centre-ville :
Alexandra Tremblay, indépendante
Québec 21
Transition Québec
Démocratie Québec
Équipe Marie-Josée Savard