Le français à l’affiche dans les commerces | 11 février 2021 | Article par Suzie Genest

Le français à l’affiche dans les commerces

Les mots anglais dans les noms d’entreprises, d’événements, de plats, dans la promotion et les communications irritent souvent les francophiles, qui ne mâchent pas leurs mots sur les réseaux sociaux. Pour encourager l’utilisation du français, un nouveau projet de la Société de développement commercial (SDC) Montcalm – Quartier des arts prend son envol, grâce au soutien du programme « Le français au cœur de mes ambitions » de l’Office québécois de la langue française (OQLF).

Publicité

Embauchée à la mi-janvier par la SDC, Jade Néron, qui a étudié la philosophie, la communication et la révision linguistique, se consacre à ce projet, dont le lancement officiel aura lieu au début mars, indique-t-elle.

Elle a déjà commencé à alimenter la page Facebook de la SDC Montcalm de fiches linguistiques « pour apprendre (ou se remémorer!) d’intéressantes règles grammaticales auxquelles on ne pense pas nécessairement dans notre quotidien », peut-on lire dans une publication du 4 février. La diffusion des fiches, créées à partir des informations consignées dans la Banque de dépannage linguistique de l’OQFL, sert aussi de prétexte à rappeler l’existence de cette ressource en ligne gratuite.

« Outre les fiches terminologiques et les outils linguistiques sur notre site web, nous nous engageons à soutenir les entreprises du quartier dans leur virage numérique en français à l’aide d’infolettres, de rencontres, d’événements et, au besoin, d’assistance en révision linguistique et rédaction », précise Mme Néron.

Le programme de l’OQLF soutient des projets qui visent la promotion de l’utilisation du français dans l’espace public et les milieux de travail depuis 2017.

Des répercussions positives

Pourquoi s’être lancé dans cette initiative à travers les défis posés par la pandémie et les mesures sanitaires? « C’est un projet qu’on a mis de l’avant pas nécessairement parce qu’on avait constaté des problématiques, mais il y a eu comme tel une approche de l’OQLF pour déposer des projets », explique Jean-Pierre Bédard, directeur général de la SDC Montcalm – Quartier des arts.

Il avoue qu’après avoir soumis le projet, il a « fait plus attention à l’affichage, et aux sites internet, la publicité » un peu partout à Québec. Qu’a-t-il remarqué? « Take-out utilisé de façon outrageuse », cite-t-il en exemple. Outre l’effet de mode chez les plus jeunes, il existe aussi une barrière linguistique chez les restaurateurs issus des communautés culturelles, pour qui le français n’est ni la langue maternelle ni la langue seconde, note-t-il. Tout en apportant une aide constructive à ces commerçants et entrepreneurs, le projet peut contribuer au rayonnement du quartier, à un moment où les événements et animations sont en suspens.

« C’est un projet hyperlocal, on a un mandat pour travailler auprès de nos 200 membres, mais ça pourrait avoir des répercussions au-delà », estime le directeur général de la SDC Montcalm.

Des vidéos à l’échelle provinciale

Le souci du français dans les commerces dépasse effectivement les frontières hyperlocales. Les Productions Jaune Camion, un organisme basé à Montréal depuis 1997, lançaient en début de semaine un projet vidéo destiné à « sensibiliser les commerçants du Québec à faire bon usage de la langue française ». Leur projet Bien écrire en français, ça s’affiche!, financé par le gouvernement du Québec, « a pour objectif d’encourager les commerçants de partout au Québec à faire bon usage de la langue française pour afficher leurs produits et leurs services », dit leur communiqué.

Jusqu’en mars prochain, on pourra visionner en ligne, sur le site web des Productions Jaune Camion, deux courts métrages de 8 à 10 minutes réalisés par Gabriel Bissonnette sur le thème du déclin du français dans les commerces. Ils mettent en vedette la chanteuse et comédienne Joe Bocan.

Les commerçantes et commerçants sont invité.e.s à y réagir et proposer des solutions aux situations présentées, en s’inscrivant sur le site des Productions Jaune Camion. De 10 à 15 de ces témoignages seront retenus pour chaque région administrative du Québec et regroupés dans des capsules vidéos qui seront à leur tour diffusées sur le web et les réseaux.

En savoir plus sur...