Une fresque vivante à voir au Grand Théâtre | 27 mai 2021 | Article par Monmontcalm

Crédit photo: Image extraite de la vidéo Facebook du Grand Théâtre

Une fresque vivante à voir au Grand Théâtre

Collaboration spéciale : Sophie Williamson

Publicité

Un vernissage-discussion de Fresque grotesque, l’œuvre vidéo d’Allison Moore qui célèbre l’art vivant à l’espace du STUDIOTELUS du Grand Théâtre de Québec du 26 mai au 5 septembre, a été diffusé en ligne ce mardi.

Un tableau vivant qui suscite l’enthousiasme

L’objectif du STUDIOTELUS étant l’exploration des nouveaux médias, « Il était évident qu’il fallait inviter Allison », affirme Ariane Plante, commissaire en arts visuels. La dimension expérimentale de son travail artistique ainsi que sa fusion de diverses méthodes expressives font d’elle une artiste incontournable, soutient la commissaire.

Allison Moore affirme avoir remarqué le mur majestueux dès son entrée dans le Grand Théâtre. Le contraste entre la sobriété du lieu et l’ornementation fantastique de son style, combiné à l’espace disponible, lui ont inspiré la création d’une fresque monumentale.

Fresque grotesque, inspirée par la mythologie et l’art grotesque de la Renaissance italienne, met de l’avant des figures extravagantes et des montages fantaisistes d’éléments divers. L’œuvre cinématique déploie une narrativité expérimentale continue, c’est-à-dire qu’elle raconte une histoire qui évolue continuellement pendant 12 semaines sous la forme de 12 tableaux inspirés par la mythologie grecque. Chaque semaine représente un moment différent de la journée, le premier tableau incarnant l’aube et le dernier, le crépuscule.

La technologie au cœur du processus, soit l’art génératif, est l’art assisté par ordinateur. Ce dernier, à l’aide de règles d’écritures décidées par le concepteur et transformées en codes informatiques, génère des éléments aléatoires. La combinaison des éléments est décidée par l’ordinateur qui est « comme le DJ en direct qui fait le mixage », suggère Allison Moore.

Dans Fresque grotesque, ce sont des bouquets de fleurs qui se transforment dans chaque tableau de manière générative. Le son, plutôt subtil, lent et ambiant, est aussi produit par ordinateur. Chaque boucle étant unique, le spectateur expérimente un tableau vivant complètement singulier qui ne se reproduira jamais une deuxième fois de la même manière.

Allison Moore invite aussi les spectateurs à multiplier les points de vue de la fresque, puisqu’il est possible de croiser le regard des personnages en se déplaçant sur les quatre étages du STUDIOTELUS.

Les participants virtuels du vernissage-discussion de mardi ont applaudi avec enthousiasme l’artiste et son œuvre.

Radicalisation de l’art grotesque

En tant qu’assemblage d’ornementations au caractère bizarre ou extravagant, l’art grotesque s’oriente autour de quelques notions clés comme le fantastique, l’illusion et la métamorphose. Allison Moore parvient à ressaisir les thèmes traditionnels du grotesque et à les radicaliser grâce à l’art numérique et à la technologie générative.

L’animation rend possible la continuité radicale du mouvement, permettant à l’œuvre de réellement incarner la métamorphose. L’artiste donne plus à voir qu’une illusion figée dans une peinture ou sculpture. Elle offre un vécu immersif de la transformation des choses. La fresque étant présentée dans un espace public, se confondant avec le mur, elle s’exprime à l’observateur presque à ses dépens.

L’art génératif radicalise l’ambiguïté propre à l’art grotesque. Le bizarre et le naturel s’y mêlent dans une formule nouvelle, entièrement dynamisée. La métamorphose continue qui s’opère exprime le caractère éternel des choses naturelles. La génération d’images qui se déploient de manière toujours différente donne aussi une impression forte du caractère éphémère du moment.

Fresque grotesque incarne dans une fusion vivante la familiarité et l’étrangeté du monde; elle est une suggestion à éprouver pleinement cette ambiguïté. Allison Moore transforme ainsi notre rapport à l’œuvre; l’univers énigmatique et rassurant exprimé par la fresque inclut l’immersion du spectateur.

Fresque grotesque, inspirée par la mythologie et l’art grotesque de la Renaissance italienne, met de l’avant des figures extravagantes et des montages fantaisistes d’éléments divers.
Crédit photo: Image extraite de la vidéo YouTube du Grand Théâtre

Invitation dans l’univers d’Allison Moore

Originaire de Victoria en Colombie-Britannique, résidant désormais à Montréal, Allison Moore explore les procédés numériques de la vidéo et de l’animation et élabore des projets expérimentaux et immersifs. Elle est reconnue pour ses œuvres d’art public et scéniques dans lequel elle insère le public dans un univers complet, vivant et fluide.

L’œuvre vidéo Fresque grotesque sera présentée du 26 mai au 5 septembre au STUDIOTELUS du Grand Théâtre de Québec uniquement pour les détenteurs de billets (restriction sujette à changement). Du contenu en ligne sera aussi offert.

En savoir plus sur...