Le fantôme du Collège | 28 février 2021 | Article par tonQuartier

Crédit photo: Gracieuseté Le Bourgogne et or, Collège Saint-Charles-Garnier

Le fantôme du Collège

Collaboration spéciale : Mélodie Verret et Ella Lessard-Tremblay, Le Bourgogne et orjournal étudiant du Collège Saint-Charles-Garnier, février 2021.

Publicité

Le fantôme du Collège s’appelle le Père Pion. Il a été le directeur général du Collège il y a plus de 40 ans. Il donnait des cours d’astronomie au 6e étage et sur le toit. Avant, il y avait un télescope sur le toit d’où le dôme vert sur le dessus de l’école. Le Père Pion et ses collègues habitaient dans le Collège. On a retrouvé une poche de lavage avec les initiales Père P. (Père Pion).

Entrevue avec M. Mario Godin, responsable de la sécurité et gardien de nuit, qui nous rapporte quelques témoignages

Au 5e étage, proche de la porte menant au 6e étage, on entend parfois grincer la vieille chaise berçante du Père Pion.
Crédit photo: Gracieuseté Le Bourgogne et or, Collège Saint-Charles-Garnier

Le soir, quand il ne reste presque personne, juste les concierges et les gardiens, c’est alors que les choses étranges se passent. Quelquefois, quand un gardien ou un concierge passe au 5e étage, proche de la porte menant au 6e étage, il entend la vieille chaise berçante du Père Pion grincer comme si quelqu’un s’y balançait encore.

L’homme en blanc

Un jour d’été, seulement les concierges et le gardien de sécurité étaient au Collège. Pendant que M. Mario faisait sa tournée, les concierges sont venus le voir. Ils lui ont demandé qui était l’homme en blanc qui venait de sortir du Collège. Notre gardien leur a répondu qu’aucun homme en blanc n’était au Collège, mais les concierges ont affirmé avoir vu un homme en blanc sortir du Collège. Bizarre, non?

Plusieurs autres phénomènes étranges se sont produits à la salle Jean-Paul Tardif. Plusieurs techniciens ont vu des ombres dans la salle et on raconte qu’une personne ayant le don de voir les esprits a vu une silhouette cachée dans un coin des loges attendant dans la pénombre. Plusieurs fois, les lumières se sont éteintes puis ouvertes, comme dans les films d’horreur.

Le poing dans le casier

La plus choquante des choses étranges est qu’au sous-sol, où se trouvaient auparavant des casiers, un concierge se promenait et faisait ce qu’il devait faire, quand il a entendu un gros BOOM. Comme si quelqu’un avait enfoncé un poing dans un casier. Il est vite allé voir et a aperçu une grosse bosse dans la porte du casier qui n’était pas là avant. La bosse avait la forme d’un poing. Il a sorti de sa poche son cellulaire et a pris beaucoup de photos.

Un autre jour, ce même concierge était allé au 6e étage avec d’autres personnes pour leur prouver l’existence du fantôme et avait pris d’autres photos avec un téléphone cellulaire. Quand il a repris l’ascenseur pour descendre, le concierge voulait leur montrer. Son histoire ne tenait pas vraiment debout et quand il a sorti le téléphone de sa poche pour montrer les photos, la grille de l’ascenseur a bougé et le téléphone est tombé dans le trou près de la porte. On ne l’a jamais retrouvé (évidemment). Toutes les preuves de ces phénomènes disparurent en un claquement de porte.

Le Père Pion, professeur d’astronomie, faisait ses classes sur le toit, dans le dôme, du Collège Saint-Charles-Garnier.
Crédit photo: Gracieuseté Le Bourgogne et or, Collège Saint-Charles-Garnier

Des personnes pensaient que c’était le Père Pion qui avait fait cela pour ne plus avoir de preuves. D’autres pensaient que ce n’était qu’une coïncidence ou que le concierge avait fait exprès. Mais vous, qu’en pensez-vous?

Les cours d’astronomie

Le Père Pion, comme on l’a écrit plus tôt, était professeur d’astronomie. Il faisait ses classes sur le toit et au 6e étage. Le télescope dont ils se servaient, sous le dôme qui est sur le toit, a été donné à un musée à Montréal. En raison de la pollution lumineuse, les cours d’astronomie avaient de plus en plus de mal à être donnés, car on ne voyait plus le ciel. Nous avons eu la chance de visiter le toit, mais pas les classes dans le dôme, car elles n’étaient pas accessibles.

L’ascenseur…

Si vous avez déjà eu la chance de prendre l’ascenseur de l’école, vous aurez remarqué qu’il n’y a pas de bouton “6” dans celui-ci. Comment les élèves allaient-ils à leurs cours?

La prochaine fois que vous vous promenez dans le collège, serez-vous sur vos gardes ou pas?
Crédit photo: Gracieuseté Le Bourgogne et or, Collège Saint-Charles-Garnier

Et bien, ils prenaient un tout petit escalier au plafond très bas et montaient par des escaliers en métal étroit, celui-là même que nous avions pris pour y aller. Ça ne devait pas être une partie de plaisir pour ceux qui étaient assez grands.

Alors la prochaine fois que vous vous promenez dans le collège, serez-vous sur vos gardes ou pas?

En savoir plus sur...