Montcalm dans les années 1940 : une Grande Allée verglacée | 14 mars 2021 | Article par Jean Cazes

La Grande Allée, après les intempéries des jours précédents. 10 décembre 1945.

Crédit photo: Archives Ville de Québec

Montcalm dans les années 1940 : une Grande Allée verglacée

La série « Montcalm dans les années 1940 » revisite le passé du quartier à travers des images d’archives de diverses sources.

Publicité

La photo historique en tête d’article, tirée des Archives de la Ville de Québec date du 10 décembre 1945. Elle représente une vue de la Grande Allée. On y voit les rails pour le tramways. Sur la gauche, il y a la maison Krieghoff et l’église Saint-Dominique.

Capturée en direction sud-ouest, la scène comparative dans la galerie au bas de l’article date du 8 mars 2021. Dans cette perspective, mis à part la disparition des rails et câblage du tramway après la fin de son service en 1948, le paysage urbain a relativement peu changé, si l’on fait aussi abstraction, par exemple, de la silhouette de l’immeuble résidentiel Le Saint-Laurent érigé en 1969, qu’on devine sur la droite de la photo réactualisée.

Mais ce qui frappe surtout sur ce souvenir d’époque sont tous ces arbres glacés bordant la Grande-Allée…

Une autre mémorable tempête de pluie verglaçante

Dans une précédente capsule historique, nous rappelions le grand verglas du 27 mars 1948 qui avait solidement affectée la région, un événement que nous avions aussi comparé avec la tempête de 1973. Or la photo de l’en-tête illustre cet autre verglas d’envergure, quoique moins dévastateur, ayant fait la manchette en 1945 et qualifié alors de pire à Québec depuis 1915.

Photos tirées du Soleil
Crédit photo: BANQ - Le Soleil

« Le verglas cause des dégâts considérables à Québec », titrait le journal Le Soleil du 10 décembre 1945 en page frontispice :

« Les services publics sont désorganisés – Quartiers privés d’électricité
et de téléphone – Des centaines d’arbres sont brisés – Les dommages atteignent au moins $100,000. – Situation précaire dans les hôpitaux – Le télégraphe d’alarme est désorganisé.

La plus complète désorganisation a régné à Québec au cours des trois derniers jours, par suite du verglas, de la pluie et du dégel. La ville entière a manqué d’électricité, le téléphone a fait défaut ici et là. […]

Ce n’est pas avant la fin de la semaine que les lumières pourront être rallumées dans les rues. Le service du télégraphe d’alarme de même que la radio police ont été désorganisés et il a fallu prendre des mesures d’urgence à la police comme chez les pompiers. Dans toute la ville et la banlieue, les arbres présentent l’aspect le plus tragique. […]

Les résidents de tous les quartiers de la ville ont manqué de lumière à cause du nombre d’arbres brisé. C’est surtout dans Belvédère et Limoilou que les dommages aux circuits électriques ont été les plus considérables. Nombre de maisons sont restées aussi sans aucun chauffage durant toute la dernière fin de semaine. Partout la compagnie du Quebec Power subit des dommages étendus. […]

Les dégâts subis par la compagnie du Téléphone Bell sont aussi très élevés. Environ 600 poteaux du réseau ont été cassés de même qu’un nombre considérable de fils téléphoniques. […]

Mille Édith Fontaine demeurant avenue des Érables a été renversée par une branche d’arbre qui s’est brisée par le poids du verglas à l’angle de la rue Saint-Cyrille et de l’avenue de Salaberry, vendredi matin. Mille a pu retourner chez elle après avoir reçu les premiers soins à la résidence de M. Yvan Vallée, rue Saint-Cyrille. »

Cela dit, les données météo disponibles pour Québec indiquent 16 mm de pluie et 10 cm de neige pour les 6 et 7 décembre 1945.

Voir la capsule précédente de cette série : Montcalm dans les années 1940 : avenue Désy.