Saint-Sacrement dans les années 1950 : commerces du chemin Sainte-Foy | 18 avril 2021 | Article par Jean Cazes

Un segment du chemin Sainte-Foy en 1951.

Crédit photo: Archives de la Ville de Québec

Saint-Sacrement dans les années 1950 : commerces du chemin Sainte-Foy

La série Saint-Sacrement dans les années 1950 revisite le passé du quartier à travers des images d’archives de diverses sources. Ce coup d'œil porte sur son cœur commercial.

Publicité

Tirée du site des Archives de la Ville de Québec, la photo d’époque en tête d’article date du 13 novembre 1951. Prise en direction nord, elle illustre des commerces situés sur le chemin Sainte-Foy, entre les avenues Marguerite-Bourgeoys et Saint-Sacrement. On y voit, entre autres, un restaurant, une boucherie et plusieurs autres enseignes.

La scène comparative dans la galerie au bas de l’article date du 10 avril 2021. On y devine au premier plan, dans l'ordre, le restaurant La Girole (anciennement Chez Camille), le pub Le Sacrement et la boucherie Marjane. En arrière-plan se profile la tour principale de la Place Samuel-Holland, érigée au milieu des années 1970.

Le pôle commercial de Saint-Sacrement

Le blogue sur Saint-Sacrement, fondé par le conseil de quartier Saint-Sacrement, évoque dans une de ses publications l'évolution commerciale du chemin Sainte-Foy, en particulier dans ce secteur particulièrement dynamique.

« Le pôle commercial de Saint-Sacrement aurait toujours comporté un mélange de commerces, de restaurants et de services », rappelle l'auteur du texte, le géographe Rémi Guertin, en  soulignant des exemples qu'on y retrouvait dans les années 1940-50 :

« Avant les années 1950, Jos Boivin vend notamment ''des tissus à la verge'' et des chaussures. Le pharmacien Maurice Boissinot s’était installé en face de l’église, ''à la demande des religieux'' (du Très-Saint-Sacrement). Jean-Baptiste Bilodeau, barbier de son métier, avait également pignon sur rue sur le chemin Sainte-Foy.

Au tournant des années 1950, le pôle commercial de Saint-Sacrement accueille une variété de commerces. Le quincaillier et épicier Lucien Côté avait pignon sur rue à l’intersection de la rue Marguerite-Bourgeoys et du Chemin Sainte-Foy. »

Et en ce qui concerne la photo en vedette aussi reproduite dans cet article, on peut lire : 

« À cette époque, les résidents du quartier étaient desservis par la pharmacie Lachance. On y trouvait également la boucherie Bégin, la lingerie Leduc, la mercerie Boivin, un restaurant ''bière vin'', la pâtisserie Au friand et possiblement un greasy spoon servant des '' quick lunch/repas léger''. »

On devine aussi au loin l'ancienne station Texaco, aussi sujet d'une précédente capsule historique.

Vous avez des informations, des souvenirs à nous transmettre sur les différents commerces qui se sont succédées sur ce segment du chemin Sainte-Foy? N’hésitez pas à nous les partager sur notre page Facebook!