Corridor scolaire Marguerite-Bourgeoys : doutes cyclistes

La Ville de Québec tenait mardi une séance d’information sur le corridor scolaire dans la zone de l’école internationale de Saint-Sacrement. L'aménagement de ce corridor, ou cheminement scolaire, touche principalement l’avenue Marguerite-Bourgeoys.

Corridor scolaire Marguerite-Bourgeoys : doutes cyclistes | 2 mars 2022 | Article par Suzie Genest

Crédit photo: Jean Cazes

La Ville de Québec tenait mardi une séance d’information sur le corridor scolaire dans la zone de l’école internationale de Saint-Sacrement. L’aménagement de ce corridor, ou cheminement scolaire, touche principalement l’avenue Marguerite-Bourgeoys.

La mise en place et la bonification des corridors scolaires font partie de la Stratégie routière 2020-2024 de la Ville de Québec. Son attention se porte sur 115 de ces corridors d’écoliers. Objectif : sécuriser les déplacements des élèves et l’accès au site des écoles, les zones de débarcadère et les traverses piétonnes, pour favoriser les déplacements actifs et mieux signaliser les zones scolaires.

Les contraintes géométrique de la zone en question ne permettaient pas d’élaborer deux scénarios, a expliqué la conseillère en consultations publiques Marie Lagier. La présentation, en ouverture de l’assemblée du conseil de quartier de Saint-Sacrement, n’était pas une consultation publique. Néanmoins, on souhaitait y entendre les citoyen.ne.s sur des éléments d’aménagement. Ils étaient plus d’une cinquantaine sur Zoom.

Deux projets en un

Le scénario présenté consiste en « deux projets qui sont maintenant intégrés », a mentionné la conseillère du district, Catherine Vallières-Roland. L’élue de Montcalm-Saint-Sacrement a insisté sur le travail concerté entre les différentes équipes de la Ville. Transport, ingénierie, urbanisme, aménagement  du territoire, environnement et foresterie… Des collègues de différents services municipaux sont intervenus au cours de la rencontre virtuelle.

L’école internationale Saint-Sacrement est « une vraie école de quartier », a résumé l’ingénieur Sergio Marques, qui coordonne l’ensemble des cheminements scolaires. Neuf élèves sur 10 habitent dans un rayon d’un kilomètre et demi de l’établissement. Sept sur dix s’y rendent à pied ou à vélo. La traverse des piétons, le comportement des conducteurs, la visibilité réduite par l’emplacement du stationnement, le déneigement y sont des enjeux.

C’est à partir de ce portrait, et de données sur la circulation, que les équipes de la Ville ont élaboré leur scénario de cheminement scolaire. Outre la sécurité routière et la mobilité active, une visée de verdissement a guidé leurs choix d’interventions.

Chaussée réduite, trottoirs élargis

Quelles seront ces interventions? D’abord, la chaussée, large de 14 ou 13,5 mètres selon les segments, sera réduite à 11 mètres. Les trottoirs de 1,6 mètres s’élargiront à deux mètres. On leur ajoutera 25 saillies.

Un réaménagement des banquettes – zones engazonnées séparant trottoir et voie de circulation – facilitera l’intégration de verdissement. Actuellement d’une largeur variant en 0,7 et 1,3 mètres, elles passeront à deux mètres de large. Vingt cases disparaîtront parmi les espaces de stationnement sur rue, actuellement permis des deux côtés.

Segment de l'avenue Marguerite-Bourgeoys entre le chemin Sainte-Foy et le boulevard de l'Entente, sur Google Street View
Avenue Marguerite-Bourgeoys entre le chemin Sainte-Foy et le boulevard de l’Entente. On aperçoit les banquettes actuelles.
Crédit photo: Google Street View - document de la Ville de Québec

Les plans et devis s’achèveront d’ici mai, pour un lancement printanier de travaux préliminaires. Les travaux de réfection comme tels se déploieront en deux phases. La première, sur le segment compris entre le boulevard de l’Entente et le chemin Sainte-Foy, se réalisera en juillet et août 2022. La seconde, du chemin Sainte-Foy à la rue de Callières, prendra place en septembre-octobre 2022.

Les citoyen.ne.s autour des segments visés recevront un dépliant une semaine avant le début des travaux. Une brigade mobile d’agents d’information veilleront à répondre à leurs préoccupations, comme à celles des commerces, organismes et entreprises.

Publicité

De l’apaisement et des inquiétudes

L’aboutissement du cheminement scolaire Marguerite-Bourgeoys a été saluée. Un citoyen qui siégeait au conseil de quartier il y a 26 ans a rappelé que l’enjeu remontait à cette époque. À l’annonce de sa retraite de la vie politique, l’ex conseiller du district Yvon Bussières avait évoqué cet élément du plan directeur de quartier resté en suspens.

Bien qu’heureux de voir un corridor scolaire prendre place, les citoyen.ne.s présent.e.s ont exprimé des préoccupations. Au coeur de celles-ci, les déplacements à vélo. À la Ville de Québec, on a fait le choix d’apaiser la circulation pour améliorer la sécurité des cyclistes. On voulait éviter d’aménager un axe ou une bande cyclable dans une rue résidentielle, ont expliqué Jean-François Martel, chef d’équipe mobilité durable, et Pauline Guyomard, conseillère en urbanisme.

Leurs justifications n’ont pas apaisé l’inquiétude des parents d’enfants qui circulent à vélo. Plusieurs interventions ont réitéré cette inquiétude. Pour certains, le scénario proposé répond davantage aux besoins piétons que cyclistes.

Des banquettes et des arbres

Les futures banquettes réaménagées, entre de Callières et le chemin Sainte-Foy, ont suscité des questionnements. Le modèle classique de banquettes « enclavées » dans le trottoir pose des défis pour le déneigement et contraint le déploiement des arbres, ont expliqué Sergiy Kosov, chef d’équipe à la conception routière, et Ghislain Breton, chef d’équipe au développement et aménagement du territoire.

François Légaré, directeur de section à la division de prévention et qualité du milieu (foresterie urbaine), a abordé la question des jeunes arbres plantés récemment dans le secteur, qui seront déplacés.

« Si on avait été mieux coordonnés l’an dernier, on ne les aurait pas plantés », s’est-il presque excusé.

Les détours et entraves anticipés durant les chantiers ont fait émerger des questions. Des citoyens, évoquant des chantiers antérieurs, espèrent des améliorations. L’équipe municipale s’est faite rassurante.

Une représentante du conseil d’établissement a souligné que celui-ci aurait aimé avoir un contact plus tôt avec les équipes de la Ville. Le responsable a fait amende honorable, invoquant des délais serrés. Par ailleurs, la conseillère en consultations publiques Marie Lagier a rassuré les citoyen.ne.s sur les démarches et sondages auxquels ont participé notamment des parents. Le tout a alimenté le travail des équipes qui ont élaboré la proposition d’aménagement.

Plusieurs personnes ont insisté sur le non-respect des limites de vitesse et de la signalisation de la part des automobilistes dans le secteur. On a plaidé pour davantage d’interventions, sur des intersections ou traverses piétonnes qui ne figurent pas parmi les aménagements présentés.

Selon les intervenants municipaux, il n’est pas exclu d’ajouter ou de bonifier des interventions après la mise en place du corridor scolaire. La Stratégie routière se déploie jusqu’en 2024, ont-ils rappelé. Entre autres, elle prévoit la sécurisation de 2000 traverses piétonnes un peu partout, incluant celles dans les zones scolaires.

Le document de la présentation détaillée du cheminement scolaire Marguerite-Bourgeoys est accessible en ligne sur le site de la Ville de Québec.

Pour en savoir plus ...

Soutenez votre média

hearts

Participez au développement à titre d'abonné et obtenez des privilèges.

hearts
Soutenir